NOUVELLES
27/07/2014 09:17 EDT | Actualisé 26/09/2014 05:12 EDT

Netanyahu: "le Hamas viole son propre cessez-le-feu"

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a accusé dimanche le Hamas de violer son propre cessez-le-feu, lors d'interviews sur plusieurs chaînes de télévision américaines au cours desquelles il a exigé la "démilitarisation" de la bande de Gaza.

"Ils violent leur propre cessez-le-feu. Dans ces circonstances, Israël fera tout ce qu'il doit faire pour défendre son peuple", a-t-il déclaré sur CNN. Le Hamas a poursuivi dimanche ses tirs de roquettes vers Israël, après avoir proposé une trêve, et l'armée israélienne a repris ses opérations.

Le Premier ministre a expliqué que l'armée israélienne continuerait ses opérations pour détruire les tunnels du Hamas: "Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour défendre notre peuple... aussi bien au niveau tactique que stratégique".

M. Netanyahu était invité sur plusieurs grandes chaînes américaines (CNN, CBS, NBC, Fox News) qui ont l'habitude de le recevoir, en duplex de Jérusalem.

Il a souligné que la seule initiative valable, aux yeux du gouvernement israélien, pour parvenir à un arrêt durable des hostilités était celle du gouvernement égyptien, après le rejet de la proposition portée par le secrétaire d'Etat américain John Kerry, jugée trop favorable au Hamas.

"L'initiative égyptienne est la seule qui soit en jeu", a-t-il dit sur NBC, car elle est selon lui la seule à garantir les prérequis d'une "période durable de calme".

Benjamin Netanyahu a ensuite décrit les deux objectifs d'un éventuel accord: la démilitarisation de la bande de Gaza, liée à un mécanisme de supervision pour délivrer "une aide sociale et économique" aux Gazaouis, de façon à éviter qu'elle soit utilisée pour construire des tunnels ou grossir l'arsenal du Hamas.

"Il faut un mécanisme pour empêcher le détournement du ciment et du béton. Si on leur donne de l'argent, il faut que cet argent aille aux habitants de Gaza, mais si l'argent est utilisé par le Hamas pour fabriquer des roquettes et des missiles, nous nous retrouverons au même point", a-t-il détaillé sur Fox News.

"Si le Hamas est faible et discrédité, alors nous aurons peut-être une chance de travailler avec des forces plus modérées afin de créer un avenir meilleur pour nous tous", a-t-il indiqué sur CBS.

Benjamin Netanyahu a une nouvelle fois accusé le Hamas d'utiliser les civils palestiniens comme boucliers humains.

"Le Hamas est responsable et doit rendre des comptes sur les morts de civils", a-t-il insisté sur CNN.

Plus de 1.060 Palestiniens, principalement des civils, ont été tués en 20 jours d'offensive israélienne à Gaza, ainsi que 43 soldats israéliens et deux civils israéliens.

"L'histoire de la guerre n'a encore permis à aucune armée civilisée, aucune armée de démocratie comme celle d'Israël, de faire face à un ennemi terroriste sans pitié, qui utilise des civils comme boucliers humains, sans que cela provoque des victimes civiles collatérales", a estimé Benjamin Netanyahu.

Le chef en exil du mouvement palestinien Hamas, Khaled Mechaal, a quant à lui accordé samedi au Qatar une interview au journaliste Charlie Rose, de la chaîne américaine PBS, dont un extrait a été diffusé dimanche sur CBS.

"Il est grand temps de lever le siège de Gaza", a dit Khaled Mechaal, selon ses propos traduits en anglais par un interprète. "Il faut lever le siège, et nous devons avoir un aéroport".

"Nous ne sommes pas des fanatiques, nous ne sommes pas des fondamentalistes. Nous ne luttons pas contre les juifs parce qu'ils sont juifs", a-t-il dit. "Nous demandons la tolérance et la coexistence".

"Je ne peux pas coexister avec l'occupant", a ajouté Khaled Mechaal, interrogé sur la coexistence d'un Etat palestinien et d'un Etat juif.

dc/ico/sam