NOUVELLES
27/07/2014 03:48 EDT | Actualisé 26/09/2014 05:12 EDT

Libye: 38 morts à Benghazi, les combats continuent à l'aéroport de Tripoli

LE CAIRE, Égypte - De violents affrontements entre des soldats libyens fidèles à un général renégat et des milices islamistes ont fait 38 morts, ont indiqué dimanche des responsables des services de santé, alors que les combats faisaient toujours rage autour de l'aéroport international de Tripoli et que les pays européens appelaient leurs citoyens à quitter le pays.

Les forces loyales au général Khalifa Haftar ont affronté des milices dans la ville de Benghazi, dans l'est, des combats qui ont commencé samedi et qui se sont poursuivis jusqu'à dimanche matin, selon un responsable de la sécurité. Des forces d'élite ont repris le contrôle de quatre camps militaires pris par les milices islamistes au cours des derniers jours, a précisé ce responsable. Les combats ont coûté la vie à huit insurgés, dont le frère du chef présumé d'un groupe inspiré d'Al-Qaïda, d'après ce responsable et une déclaration publiée sur le site Internet de la milice.

Le communiqué de la puissante milice islamiste Rafallah Sahati a confirmé la mort d'Ahmed al-Zahaoui, frère de Mohamed al-Zahaoui, chef présumé du groupe Ansar al-Charia. Les autorités américaines pensent qu'Ansar al-Charia est derrière l'attaque du 11 septembre 2012 contre le consulat américain de Benghazi, qui a coûté la vie à l'ambassadeur Chris Stevens et à trois autres Américains.

Des roquettes tirées durant les affrontements du week-end à Benghazi sont tombées sur des maisons, tuant et blessant des dizaines de civils, ont indiqué des responsables des services de santé.

Tous les responsables se sont exprimés sous le couvert de l'anonymat parce qu'ils n'étaient pas autorisés à s'adresser aux médias.

Les combats à Benghazi se sont déroulés alors que les affrontements reprenaient entre deux milices pour le contrôle de l'aéroport international de Tripoli. La bataille a commencé il y a deux semaines, quand des milices islamistes —principalement issues de la ville de Misrata, dans l'ouest — ont lancé une attaque surprise contre l'aéroport, contrôlé par des milices rivales originaires de Zintan, dans les montagnes de l'ouest.

Les combats ont fait des dizaines de morts et forcé de nombreux résidants à fuir.

Des obus de mortier sont tombés dans le périmètre de l'aéroport dimanche, tandis qu'un important marché et un centre commercial près de l'aéroport ont pris feu.

Selon un communiqué publié dimanche par le ministère libyen de la Santé, les combats pour le contrôle de l'aéroport ont fait jusqu'à maintenant 70 morts et plus de 400 blessés. Samedi, 23 personnes, dont des Égyptiens, ont été tuées quand une roquette s'est abattue sur la maison dans laquelle elles se trouvaient à Tripoli, a indiqué le ministère égyptien des Affaires étrangères.

Les États-Unis ont transféré, samedi, leurs diplomates en poste en Libye vers la Tunisie et ont fermé leur ambassade. La Mission d'appui des Nations unies en Libye et le Comité international de la Croix-Rouge ont également retiré leur personnel du pays.

Également dimanche, des hommes armés ont attaqué un convoi de l'ambassade britannique à Tripoli. Des tirs ont touché les véhicules mais personne n'a été blessé, a indiqué l'ambassadeur Michael Aron sur Twitter.

L'Égypte a pour sa part conseillé à ses citoyens vivant à Tripoli et à Benghazi de quitter ces villes. Le Foreign Office britannique a ordonné à ses citoyens, dimanche, de quitter le pays immédiatement à cause de «l'intensification des combats» à Tripoli et la probabilité que des attaques visent les étrangers. L'Allemagne, la France et l'Espagne ont aussi lancé des avertissements similaires.