NOUVELLES
27/07/2014 12:40 EDT | Actualisé 25/09/2014 05:12 EDT

L'Australie s'apprête à envoyer une "force non menaçante" sur le site du crash en Ukraine

Un "certain nombre" de policiers armés se rendront la semaine prochaine sur le site de l'avion malaisien écrasé en Ukraine, a annoncé Canberra dimanche, en insistant sur le fait qu'il s'agirait d'une "force non menaçante", dépourvue de soldats.

L'Australie et les Pays-Bas - qui ont payé un lourd tribut dans la catastrophe du vol MH 17 - se sont préparés à l'envoi d'un contingent en Ukraine dans le cadre d'une mission de police internationale afin d'assurer la sécurité du site, récupérer les restes des victimes et permettre une enquête indépendante.

La ministre australienne des Affaires étrangères, Julie Bishop, a indiqué que des membres de l'équipe australienne, dont elle n'a pas précisé le nombre, seraient armés pour protéger les enquêteurs.

"Tout ce que nous voulons consiste à sécuriser le site afin qu'il puisse être inspecté en détail et ramener tous les restes", a souligné Mme Bishop auprès de la télévision Channel Ten, depuis Amsterdam.

Son envoyé spécial dans l'est de l'Ukraine, l'ancien chef de l'armée de l'air Angus Houston, a indiqué dimanche qu'il n'était pas question que des soldats australiens rejoignent la mission de police internationale déployée sur le site du crash.

Les insurgés prorusses, critiqués avec virulence dans le monde pour leur gestion du site et le traitement réservé aux corps, ont d'ores et déjà signalé aux inspecteurs de l'OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) qu'ils n'accepteraient pas la présence sur le site de plus de 35 étrangers.

"Je pense qu'il sera très important de s'afficher comme une force non agressive, non menaçante, pour que personne ne s'y oppose", a déclaré M. Houston à l'Australian Broadcasting Corporation, ajoutant que l'"opération humanitaire" commencerait la semaine prochaine.

Vingt-huit des 298 occupants de l'avion étaient de nationalité australienne.

grk/ek/myl/mpd