NOUVELLES
27/07/2014 01:56 EDT | Actualisé 26/09/2014 05:12 EDT

GP de Hongrie: déclarations d'Alonso et Hamilton

Fernando Alonso (ESP/Ferrari), parti 5e, arrivé 2e:

"Je suis extrêmement satisfait. C'était un week-end difficile, c'est aussi une saison difficile, en général, donc obtenir un podium c'est toujours une bonne surprise et ça veut dire beaucoup, car nous avons vécu des courses un peu dures ces dernières semaines. Nous avons pris des risques pour essayer de gagner, c'est passé tout près, mais je suis extrêmement fier pour l'équipe, pour tout le travail que nous avons accompli ensemble. Il y a une combinaison de facteurs qui ont rendu cette course délicate, difficile à réussir et à comprendre, et on a un peu profité de notre expérience pour saisir notre chance. On a eu des décisions pas évidentes à prendre, sur le meilleur moment pour rentrer au stand, par rapport aux sorties de la voiture de sécurité, et après un départ sur piste mouillée. Il fallait attaquer, dépasser, et à 10 tours de la fin il a fallu décider si on préservait les points de la 4e place, car on en avait vraiment besoin, ou si j'essayais de rester sur le podium. Finalement, on a bien choisi, je me suis défendu le mieux possible et cette 2e place on la ressent un peu comme une victoire. Il faut des courses folles pour qu'on arrive à monter sur le podium".

Lewis Hamilton (GBR/Mercedes), parti 21e (dans les stands), arrivé 3e: "C'était un week-end un peu fou. Merci à l'équipe, ils ont fait un super boulot pendant les arrêts au stand, et avec la stratégie, les voitures de sécurité m'ont bien aidé et j'ai fait le maximum pour finir le plus haut possible au classement. La voiture est fantastique... quand elle fonctionne. J'ai encore perdu des points, parce qu'on aurait pu vivre un meilleur week-end, mais il y a beaucoup de points positifs à retirer de cette course, notamment le fait que j'étais très rapide à toutes les séances d'essais. J'ai commis une erreur en début de course (ndlr: au 2e virage du 1er tour), mais c'est parce que mes freins étaient très froids et se sont bloqués. J'ai pu repartir, la voiture n'était pas abîmée, merci Seigneur, et j'ai pu une nouvelle fois limiter les dégâts. A la fin, Nico me rattrapait car il roulait beaucoup plus vite que moi, donc c'était très difficile de le garder derrière moi. Bravo à Fernando (Alonso) et Daniel (Ricciardo), ils ont piloté de manière fantastique, tous les deux. Je n'aurais jamais pu dépasser Fernando".

Propos recueillis sur le podium et en conférence de presse.

dlo/gv