Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Tour de France - Nibali vers un sacre italien sur les "Champs"

Vincenzo Nibali, un Sicilien de 29 ans, n'a plus que 137,5 kilomètres à pédaler pour conquérir le maillot jaune final du Tour de France, dimanche, sur les Champs-Elysées.

La dernière étape, qui part d'Evry, le fief du Premier ministre français Manuel Valls, s'annonce comme une simple formalité pour l'Italien, le premier coureur de son pays à gagner le Tour depuis Marco Pantani en 1998.

Les places sur le podium sont aussi attribuées depuis le contre-la-montre de Périgueux, samedi après-midi, qui s'est conclu par une performance inespérée pour le cyclisme français.

Pour la première fois depuis 1984, le pays-hôte aura deux représentants sur le podium final avec Jean-Christophe Péraud, l'un des doyens du peloton français (37 ans), sur la deuxième marche, et Thibaut Pinot, un grimpeur de 24 ans, sur la troisième.

Il faut remonter à 1997, l'édition qui a précédé le catacylismique Tour 1998 défait par un gigantesque scandale de dopage (affaire Festina), pour trouver trace d'un Français sur le podium (Richard Virenque 2e).

"Trois Français dans les six premiers, je n'en espérais pas tant", s'est félicité le directeur du Tour Christian Prudhomme, en faisant référence aussi au prometteur Romain Bardet, l'une des révélations de ce Tour 2014, qui a perdu sa cinquième place à cause d'une crevaison dans le final du contre-la-montre. Pour deux secondes, l'écart qui le sépare de l'Américain Tejay Van Garderen.

Le directeur du Tour a souligné aussi l'"élégance" et la "grande maîtrise" de Nibali, qui s'est emparé du maillot jaune dès la deuxième étape à l'arrivée à Sheffield, en terre anglaise.

Après le succès inaugural de l'Allemand Marcel Kittel à Leeds (Yorskshire), le Sicilien a fait en effet la course en tête. Il a creusé l'écart sur ses adversaires à l'occasion du passage sur les pavés du Nord. Il a laissé son maillot jaune une seule journée, le temps d'un bref intérim pour le Français Tony Gallopin, et l'a repris dans la 10e étape pour le garder jusqu'à l'arrivée.

Si l'opposition a été affaiblie par les chutes et les abandons des deux favoris de départ, le Britannique Chris Froome (vainqueur sortant) et l'Espagnol Alberto Contador (lauréat en 2007 et 2009), Nibali a impressionné par sa constance.

"Je ne suis pas du tout convaincu qu'on aurait un autre vainqueur si les autres avaient été là jusqu'au bout", a estimé Christian Prudhomme. "Nibali avait pris beaucoup d'avance même en leur présence. Il a construit son succès méthodiquement, avec beaucoup d'intelligence".

A 29 ans, le septième coureur italien appelé à figurer au palmarès du Tour (après Bottecchia, Bartali, Coppi, Nencini, Gimondi et Pantani) va intégrer le cercle très restreint des coureurs vainqueurs des trois grands tours, France, Italie et Espagne. La performance n'a été réalisée jusque-là que par cinq coureurs majeurs (Anquetil, Gimondi, Merckx, Hinault, Contador).

Vainqueur de la Vuelta 2010, Nibali a rejoint l'équipe Astana en 2013 pour gagner le Giro. Si cette formation kazakhe a longtemps senti le soufre à cause d'affaires de dopage répétées, touchant notamment son inspirateur, Alexandre Vinokourov (champion olympique à Londres en 2012 avant de prendre sa retraite sportive), elle a tenté de se refaire ensuite une réputation en intégrant le Mouvement pour un cyclisme crédible (MPCC).

Interrogé après le contre-la-montre de Périgueux sur ce qui pourrait convaincre les sceptiques à ce sujet, Nibali a répondu: "J'ai un grand plaisir à raconter mon histoire, mes racines, tous les sacrifices que j'ai consentis pour arriver là. J'en suis très fier."

Comme les 163 autres rescapés d'un Tour qui a débuté par un extraordinaire succès populaire en Angleterre, l'Italien voit la fin du parcours de quelque 3661 kilomètres.

Le peloton rejoint en fin de matinée la région parisienne (aéroport d'Orly) par voie aérienne. Avant de prendre à 15h45 le départ d'Evry, et de rejoindre la capitale par un défilé festif qui a l'habitude d'accélérer brutalement l'allure à l'approche du circuit final des Champs-Elysées (huit tours de 6,5 km).

Très convoitée, la dernière étape se termine en général par un sprint. Mark Cavendish, le Britannique quadruple vainqueur (2009 à 2012) qui sera présent sur l'avenue parisienne en tant que spectateur, pourra contempler son successeur, l'Allemand Marcel Kittel, vainqueur de l'année passée, défier ses rivaux. A moins d'une surprise pour conclure cette 101e édition d'un Tour qui a aimé jouer avec les favoris dans sa première partie.

jm/gv

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.