Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Libye: un "risque réel" a entraîné l'évacuation du personnel diplomatique américain, explique Kerry

Les Etats-Unis, qui ont évacué samedi tout leur personnel diplomatique de leur ambassade en Libye dans un contexte de violents affrontements à Tripoli ont agi en raison d'un "risque réel" pour leurs agents, a déclaré samedi le secrétaire d'Etat américain John Kerry.

John Kerry a précisé que les Etats-Unis avaient "suspendu" leurs opérations diplomatiques en Libye, mais ne fermaient pas pour autant leur ambassade, s'adressant à des journalistes à Paris à l'issue d'une réunion internationale sur la situation à Gaza.

Interrogé pour savoir si la France allait faire de même, l'entourage du ministre français des Affaires étrangères a indiqué qu'une telle mesure n'était pas à l'ordre du jour et que la France maintenait ses effectifs en Libye à l'instar d'autres pays européens. L'ambassade américaine se trouve dans une zone exposée, où se déroulent des combats, a précisé cette source.

L'ambassade des Etats-Unis fonctionnait déjà avec un personnel réduit, mais Washington a décidé d'évacuer l'équipe restante sur place, qui s'est rendue par la route en Tunisie pour se mettre en sécurité, quelques heures après que le gouvernement libyen a mis en garde contre "l'effondrement de l'Etat" alors que des combats font rage entre milices rivales à Tripoli.

"En raison des violences actuelles résultant des affrontements entre milices libyennes dans le voisinage immédiat de l'ambassade des Etats-Unis à Tripoli, nous avons temporairement relocalisé tout notre personnel hors de Libye", a indiqué la porte-parole adjointe du département d'Etat Marie Harf dans un communiqué.

Les Etats-Unis redoublent de prudence depuis l'attaque meurtrière contre la mission diplomatique américaine de Benghazi en Libye en 2012, qui avait coûté la vie à l'ambassadeur Christopher Stevens et à trois autres agents américains.

sct/thm/prh/fw

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.