Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Irak : les jihadistes dynamitent un sanctuaire chiite à Mossoul

Des jihadistes ultra-radicaux de l'Etat islamique (EI) ont détruit un sanctuaire chiite de Mossoul, la grande ville du nord de l'Irak qu'ils contrôlent début juin, ont annoncé samedi un responsable et des témoins.

Ces jihadistes ont détruit vendredi le sanctuaire du prophète Seth (Nabi Chith) à Mossoul, devenue de facto la capitale du "califat" proclamé fin juin par le groupe radical sunnite sur les zones qu'il contrôle en Irak et en Syrie.

"Les activistes de l'EI ont empêché les gens de s'approcher, ils ont disposé des explosifs dans et autour du sanctuaire puis l'ont fait exploser sous les yeux de la foule", a raconté à l'AFP un habitant de la ville ayant assisté à la destruction.

Dans la tradition juive, islamique et chrétienne, Seth est le troisième fils d'Adam et Eve.

Sami al-Massoudi, directeur-adjoint de l'Office des biens religieux chiites, a confirmé la destruction du sanctuaire, et ajouté que les jihadistes avaient emporté des objets qui s'y trouvaient.

"Ces gens suivent cette doctrine religieuse impossible selon laquelle ils doivent détruire ou tuer toute chose ou personne qui diffère de leurs vues", a-t-il déclaré.

"Cela n'a tout simplement rien à voir avec l'islam", a-t-il insisté.

Jeudi, des jihadistes avaient déjà complètement rasé la tombe du prophète Jonas (Nabi Younès) à Mossoul, provoquant un tollé parmi les responsables religieux.

Cette démolition "est encore une nouvelle démonstration de l'intention de ce groupe terroriste de détruire le patrimoine et l'identité" de l'Irak, a estimé l'envoyé de l'ONU dans le pays, Nickolay Mladenov.

Le chef chiite Moqtada Sadr, dont les partisans ont pris les armes pour protéger les lieux saints menacés, a également condamné la destruction du sanctuaire de Jonas.

"Il était un prophète de toutes les religions", a déclaré M. Sadr dans un communiqué. Ceux qui ont détruit le lieu saint "ne méritent pas de vivre", a-t-il affirmé.

Selon des responsables religieux sunnites et chiites, les jihadistes ont déjà détruit ou endommagé des dizaines de sanctuaires et lieux de cultes chiites à Mossoul et alentours.

str-sf/jmm/emb/fcc

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.