Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

GP de Hongrie: déclarations

Nico Rosberg (GER/Mercedes), 6e pole position de la saison:

"C'était une séance de qualifications très délicate, surtout à cause de la pluie au début de la Q3. Dans ces conditions changeantes, c'est difficile de juger quel est le meilleur endroit pour freiner, donc j'étais un peu au dessus de la limite à certains moments, surtout dans le premier virage. J'ai eu de la chance mais finalement j'ai fait un très bon dernier tour et je suis très heureux de partir en +pole+. D'un autre côté, c'est vraiment dommage pour Lewis (Hamilton) et pour toute l'équipe. Je sais à quel point c'est dur d'avoir un problème technique quand on ne peut rien y faire, en tant que pilote. Il faut qu'on tire au clair ces problèmes de fiabilité mais je sais que ce soir tout le monde va beaucoup travailler pour réparer sa voiture, comme à Hockenheim quand tout le monde s'y est mis pour la reconstruire (ndlr: après une violente sortie de piste aux qualifications, suite à un problème de frein). Ca enlève un peu de plaisir, car nous sommes ici pour nous bagarrer, sans prendre de gants. Mais demain la course sera longue et je suis sûr que Lewis pourra encore obtenir un bon résultat".

Sebastian Vettel (Red Bull), 2e temps: "Après la Q2, j'ai pensé que si on faisait tout juste (en Q3), on ne serait pas trop loin des Mercedes. Mais le dernier tour de Nico (Rosberg) a été très fort et ça montre que c'est difficile d'arriver à leur niveau. Tout peut changer demain, surtout s'il pleut. Il faut se concentrer sur nous-même et, si on a une chance, essayer de le dépasser, mais la Mercedes est quand même plus rapide que notre voiture dans les lignes droites. La nature du circuit nous convient mieux ici qu'en Allemagne, mais nous sommes encore assez loin du rythme des Mercedes".

Valtteri Bottas (FIN/Williams), 3e temps: "Nous sommes peut-être un peu surpris. Nous savions que les Red Bull allaient être très rapides ici, mais aussi les Ferrari et les Mercedes, comme toujours. La nature de ce circuit, en théorie, n'est pas la meilleure pour nous, mais nous avons bien travaillé, en tant qu'équipe, et nous avons apporté ici des améliorations qui ont bien fonctionné. Il nous manque encore de l'adhérence par rapport à d'autres voitures, mais c'était quand même une bonne journée pour nous: 3e et 6e sur la grille nous donne une chance de marquer des bons points demain".

Lewis Hamilton (GBR/Mercedes), éliminé en Q1: "Je ne peux pas vraiment y croire, et je ne pouvais rien y faire. Il y a eu un problème sur la voiture alors que je sortais de l'avant-dernier virage, puis le moteur s'est juste arrêté. Je pensais que j'allais arriver à rentrer au stand, mais quand j'ai regardé dans mes rétroviseurs et que j'ai vu que tout mon train arrière était en feu, j'ai compris que c'était fichu. Maintenant il faut regarder si la voiture est très abîmée et s'il faut changer la boîte de vitesses ou le moteur. On est au point où c'est au delà de la malchance, et en tant qu'équipe nous devons faire mieux que ça. Il faut quand même que je trouve le moyen de transformer tout ça en énergie positive pour la course. Ce sera un après-midi très difficile car c'est l'un des circuits où il est le plus difficile de dépasser. C'est une nouvelle épreuve et le plus important c'est de la surmonter".

./dlo/jgu

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.