Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Bolivie: découverte d'une fosse commune datant sans doute de l'époque coloniale

Une fosse commune avec des centaines de restes humains, probablement d'indigènes et datant de l'époque coloniale, a été découverte dans un quartier de la ville andine de Potosí, a annoncé samedi un chercheur du musée de l'université de la ville.

"Il s'agit d'une fosse commune qui se trouve à environ 1,80 m de profondeur. Les restes humains sont éparpillés sur une superficie d'environ quatre mètres carrés" a affirmé Sergio Fidel, chercheur à l'Université d'État Tomas Frias (UTF) de Potosi, ville située à 4000 mètres d'altitude.

Les ossements ont été découverts cette semaine dans le patio d'une école publique où les maçons creusaient des fondations pour un nouveau bâtiment.

Le nouveau centre éducatif est situé dans le quartier "Le Mineur" à proximité de la "Colline riche" de Potosi où se trouvent les importants gisements d'argent et d'étain, exploités depuis leur découverte au XVIe siècle.

"A l'école Antofagasta nous avons trouvé beaucoup de restes humains", a affirmé Sergio Fidel sur une chaîne de télévision privée.

Les maçons qui ont déjà déterré, sans autorisation gouvernementale ni contrôle d'aucune sorte, les restes de 400 à 500 personnes, estiment qu'il en reste encore beaucoup plus.

L'Université est intervenue pour signaler que les ossements sont empilés dans le patio sans aucune protection tandis que les travaux de construction se poursuivent.

Une hypothèse pour expliquer la découverte serait que le site ait été transformé en cimetière pour les indigènes de l'éthnie Aymara qui travaillaient comme esclaves ou semi-esclaves à l'extraction du minerai de la colline lors de la colonisation par l'Espagne, selon José Antonio Fuertes, historien du Musée de la Casa Nacional de Moneda.

L'histoire de Potosi qui, à l'époque coloniale, était une des villes les plus peuplées du monde, retient que, en 1623, un des lacs artificiels qui alimentaient les exploitations minières, s'est effondré emportant 2.000 personnes.

La ville actuelle compte 200.000 habitants.

jac/ja/ai/gg

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.