Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Un des deux Koweïtiens de Guantanamo déclaré libérable, l'autre pas

Un des deux derniers Koweïtiens de Guantanamo a été déclaré libérable, vendredi, par le bureau américain de révision des peines, tandis que le deuxième devra encore rester dans les geôles de la prison que Barack Obama a promis de fermer.

Il y a maintenant 79 détenus de Guantanamo qui ont reçu "une approbation pour transfert", la majorité depuis 2010. Cela signifie qu'ils sont théoriquement libérables lorsque l'administration trouvera un endroit pour les accueillir. Six d'entre eux doivent être transférés, sans doute début août, en Uruguay.

Fawzi al-Odah, 37 ans, a été entendu le 14 juillet et a reçu vendredi le feu vert du comité de révision des situations (Periodic review Board, PRB), créé par Barack Obama en 2011 dans ses efforts pour fermer la prison.

Le PRB est composé de six experts des ministères de la Défense, de la Justice, de la Sécurité intérieure et des Affaires étrangères, du renseignement national et de la force de coalition qui commande la prison militaire.

Il a étudié la situation du Koweïtien et de son compatriote, Fayez al-Kandari, dix jours plus tôt.

En ce qui concerne al-Kandari, le PRB a en revanche déterminé à l'unanimité que sa détention, selon les lois de la guerre, "restait nécessaire pour prévenir une menace qui reste significative pour la sécurité des Etats-Unis".

Il a estimé qu'al-Kandari, 37 ans, "conservait presque certainement un état d'esprit extrémiste et avait eu des liens étroits avec de hauts dirigeants d'Al-Qaïda".

Le PRB a jugé "insuffisant" le programme de réinsertion de tels détenus au Koweït.

Le comité a estimé que ce n'était pas un obstacle pour al-Odah, qui devrait ainsi prochainement rejoindre ses dix compatriotes libérés.

Avant de rendre sa recommandation aux autorités militaires, le PRB avait considéré "l'engagement personnel du détenu à participer au programme de réinsertion du gouvernement du Koweït" ainsi que "son important soutien familial", outre un lien limité avec les dirigeants d'Al-Qaïda et des talibans.

Selon sa fiche de renseignement, qui reconnaît le manque de crédibilité des témoignages, al-Odah avait été arrêté en août 2001 entre le Koweït et l'Afghanistan où il aurait "probablement" suivi un entraînement terroriste et "peut-être" combattu avec les talibans et Al-Qaïda.

Il reste 149 détenus à Guantanamo, depuis la libération controversée fin mai de cinq talibans en échange du sergent américain Bowe Bergdahl. L'administration Obama a indiqué son intention d'accélérer les transfèrements avec le but ultime de fermer la prison.

chv/bdx

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.