Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Turquie : incident technique au cours de la 1ère liaison TGV Ankara-Istanbul

Le premier train à grande vitesse reliant Ankara à Istanbul, les deux principales villes de Turquie, à bord duquel se trouvait le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, a dû s'arrêter une demi-heure à la suite d'un incident technique survenu pendant son trajet inaugural vendredi, ont annoncé des télévisions.

Les voitures se sont immobilisées près de la localité d'Izmit, non loin d'Istanbul, en raison de défaillances dans des câbles, selon les mêmes sources.

Les ingénieurs se sont précipités pour régler le problème et le train a repris son trajet vers Istanbul après cette halte forcée de 30 minutes, qui a provoqué un grand embarras du côté des autorités turques, celles-ci ayant déjà dû faire face à des retards successifs dans ce projet au cours des dernières années.

"En dépit des tentatives de sabotage, des blocages, des délais, nous avons achevé la construction de la ligne et l'avons mise en service aujourd'hui", avait d'ailleurs peu auparavant déclaré M. Erdogan, à Eskisehir, à mi-chemin entre Ankara et Istanbul.

L'ouverture de cette ligne a eu lieu à deux semaines de la présidentielle du 10 août à laquelle l'actuel Premier ministre est candidat et pour laquelle il a fait campagne en mettant en avant ses efforts pour améliorer les transports en Turquie.

M. Erdogan, dont le parti islamo-conservateur AKP (Parti pour la justice et le développement) domine la politique turque depuis plus de 10 ans, s'efforce de se présenter comme l'homme qui a transformé la Turquie pour en faire un pays moderne avec un niveau de vie comparable à ses voisins européens.

Le patron des chemins de fer turc, Suleyman Karaman, cité par la chaîne de télévision NTV, a annoncé qu'une enquête serait ouverte sur l'incident de vendredi, aucun problème semblable ne s'étant, selon lui, jusqu'alors produit.

Le projet de liaison ferroviaire à grande vitesse Istanbul-Ankara (plus de 500 km) a coûté 4,25 milliards de dollars. Commencé à être mis oeuvre en 2003, juste après l'arrivée de l'AKP au pouvoir, il n'a été mené à bien que onze ans plus tard.

sjw/rmb/bds/sym

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.