Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Soudan: un employé de l'OIM libéré après 19 jours de captivité au Darfour (Minuad)

Un employé zambien de l'Organisation internationale des migrations (OIM) a été libéré vendredi, 19 jours après son enlèvement au Darfour, a indiqué la mission conjointe ONU-Union africaine dans cette région de l'ouest du Soudan en proie à des violences depuis onze ans.

M. Ngoma semble en bonne santé et s'envolera bientôt vers la Zambie, a indiqué dans un communiqué la mission conjointe ONU-Union africaine au Darfour (Minuad) qui n'a pas identifié ses ravisseurs.

Le Zambien avait été enlevé par des hommes armés le 6 juillet alors qu'il roulait entre la base régionale de la Minuad dans le Darfour-Sud et la capitale de cet Etat de l'ouest du Soudan, Nyala.

La Minuad a indiqué que les autorités soudanaises et zambiennes avaient fourni une "aide précieuse" pour contribuer à sa libération.

Nyala, la deuxième plus grande ville du Soudan, a été mise sous état d'urgence ce mois-ci en raison de l'insécurité qui y règne.

Trois travailleurs humanitaires soudanais avaient été libérés samedi dans le Darfour-Nord après 32 jours de captivité. L'un travaillait pour l'Unicef et les deux autres pour l'ONG irlandaise Goal.

Les violences envers les organisations humanitaires internationales ont doublé au Darfour en 2013, selon l'ONU.

Le conflit dans cette région a éclaté en 2003, quand des tribus africaines se sont soulevées contre Khartoum pour dénoncer la domination économique et politique des élites arabes.

La révolte a été réprimée férocement par l'armée, soutenue par des miliciens recrutés parmi les Arabes de la région et accusés d'atrocités envers les civils.

Mais les rebelles et l'armée ne sont plus les principaux protagonistes des combats au Darfour, où les milices en quête de ressources se sont retournées les unes contre les autres, et parfois contre Khartoum, tandis que la criminalité a augmenté.

it/ps/vl/feb

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.