Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Réunion internationale samedi à Paris sur la situation à Gaza (source diplomatique française)

La France accueillera samedi à Paris une réunion internationale sur la situation à Gaza en présence des ministres des Affaires étrangères des principaux pays impliqués pour tenter d'obtenir une trêve entre le Hamas palestinien et Israël, a-t-on appris vendredi de source diplomatique française.

La rencontre réunira le chef de la diplomatie française Laurent Fabius et ses homologues américain, britannique, allemand, italien, qatari, turc et de l'Union européenne, a précisé la source diplomatique française.

Initialement prévue à 09H00 (07H00 GMT) au Quai d'Orsay, la réunion a été repoussée à 11h00 (09H00 GMT), selon cette source.

"Notre objectif, en appui des initiatives en cours, et en premier lieu de l'initiative égyptienne, est de faire converger les efforts internationaux pour faire émerger le plus rapidement possible les conditions d'un cessez-le-feu à Gaza", a-t-elle ajouté.

Malgré plusieurs jours de tractations intenses, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a annoncé au Caire qu'aucun accord n'avait été obtenu entre le Hamas et Israël qui, selon un responsable américain, a toutefois accepté un cessez-le-feu de 12 heures à partir de samedi matin.

M. Kerry et le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon ont appelé à une trêve de sept jours.

S'exprimant devant la presse au Caire aux côtés de Ban Ki-moon, M. Kerry a expliqué que des divergences persistaient entre les deux parties sur la "terminologie" concernant un cessez-le-feu, ajoutant cependant qu'ils avaient "un cadre fondamental" pour une trêve.

Il a précisé qu'il se rendait à Paris pour y rencontrer notamment ses homologues turc Ahmet Davutoglu et qatari Khaled al-Attiya, dont les pays sont des alliés du Hamas, en vue d'obtenir un accord de cessez-le-feu.

Au Caire, le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukri a affirmé qu'"aucune des deux parties n'avait fait preuve d'une volonté suffisante pour négocier". Il a aussi appelé à une trêve humanitaire de sept jours dans le conflit.

bur-prh-alc/bir/jld

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.