Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'opposant russe Oudaltsov en grève de la faim au lendemain de sa condamnation

L'opposant russe d'extrême gauche Sergueï Oudaltsov a commencé vendredi une grève de la faim, au lendemain de sa condamnation pour organisation de "troubles massifs" à quatre ans et demi de camp, ont indiqué les autorités pénitentiaires.

Au premier jour de sa détention, Sergueï Oudaltsov, 37 ans, a refusé de prendre le petit-déjeuner, a raconté Sergueï Tsigankov, porte-parole du Service fédéral pénitentiaire (FSIN) à l'agence de presse officielle Ria Novosti.

L'opposant a ensuite "écrit au responsable de son centre de détention qu'il entamait une grève de la faim, pour marquer son désaccord avec la décision du tribunal", a précisé M. Tsigankov à l'agence Itar-Tass.

Il a depuis été "transféré dans une cellule d'isolement, sous la supervision des médecins", a-t-il ajouté.

Accusé d'avoir organisé des "troubles massifs" le 6 mai 2012, à la veille de l'investiture de Vladimir Poutine pour un troisième mandat, l'opposant a été condamné jeudi par un tribunal moscovite à quatre ans et demi de camp, avec l'un de ses proches, Léonid Razvozjaev.

Une enquête sur les deux hommes avait été ouverte après la diffusion d'un film de la télévision proche du Kremlin NTV, affirmant sur la foi d'images tournées en caméra cachée et d'origine non précisée que des opposants, parmi lesquels M. Oudaltsov, se préparaient à renverser le gouvernement par la force.

M. Oudaltsov, à la tête de la formation politique Front de gauche, était assigné à résidence depuis février 2013 et n'avait depuis ni le droit de quitter son domicile ni de se servir du téléphone ou de l'internet.

all/pop/ia

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.