Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le Premier ministre japonais commence au Mexique une tournée en Amérique latine

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, est arrivé vendredi au Mexique pour une tournée dans cinq pays d'Amérique latine et des Caraïbes avec l'intention d'approfondir les liens avec les économies émergentes de la région, comme l'ont fait avant lui ce mois-ci les présidents russe et chinois.

M. Abe continuera son périple dimanche à Trinidad et Tobago, où aura lieu le premier sommet entre le Japon et la Communauté caribéenne (Caricom) et se rendra lundi en visite officielle en Colombie. Ce sera la première visite d'un Premier ministre japonais dans ces deux pays.

Mercredi, le Premier ministre japonais fera une visite d'une journée au Chili avant de se rendre jeudi à Brasilia puis ensuite à Sao Paulo, qui abrite une importante communauté d'origine japonaise pour clore cette tournée samedi 2 août.

"L'Amérique centrale et du Sud sont de plus en plus importantes pour l'économie japonaise en raison de la croissance de leurs économies et en raison de leurs ressources naturelles", a souligné ce mois-ci Yoshihide Suga, porte-parole du gouvernement japonais.

Le Japon a longtemps été l'une des plus importants exportateurs mondiaux, mais voici deux ans qu'il connaît un déficit commercial, une situation qui a commencé avec le séisme du 11 mars 2011 et l'accident nucléaire de Fukushima.

La visite du conservateur Abe a lieu quelques heures seulement après la fin de la tournée dans la région du président chinois Xi Jinping, qui s'est rendu au Brésil, en Argentine, au Venezuela et à Cuba. Avec des relations bilatérales souvent tendues, la Chine et le Japon rivalisent pour gagner du terrain en Amérique latine, ancien pré-carré américain.

La région avait aussi été visitée ce mois-ci par le président russe Vladimir Poutine, notamment à l'occasion de la réunion des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) les 15 et 16 juillet au Brésil.

Au Mexique, M. Abe a été reçu par le Enrique Peña Nieto, avec lequel il a eu cinquième réunion depuis l'arrivée au pouvoir du président mexicain en décembre 2012.

Après une cérémonie au Palais National, les deux homme ont entamé leurs discussions, avec notamment à l'ordre du jour la coopération dans le secteur de la production de gaz et de pétrole, au moment où le Mexique s'apprête à ouvrir ce secteur, nationalisé depuis 1938, aux investissements privés.

Les deux gouvernements ont prévu en particulier de signer un mémorandum de coopération entre l'entreprise pétrolière mexicaine d'Etat Pemex et Japan Oil Gas and Metals National Corporation.

Pemex, qui connaît un baisse continue de sa production pétrolière depuis dix ans, a annoncé vendredi des pertes nettes de 4 milliards de dollars au second semestre 2014. L'ouverture du secteur énergétique, aidera selon le gouvernement mexicain à freiner la chute de la production, grâce aux techniques des groupes privés nationaux ou étrangers.

D'autres accords doivent être signés entre entreprises du secteur bancaire des deux pays et dans le domaine agricole.

Samedi, en raison de son "grand intérêt pour la richesse de la culture mexicaines et ses traditions", le Premier ministre japonais visitera avec le président mexicain les pyramides préhispaniques de Teotihuacan, situées à une cinquantaine de kilomètres de la capitale.

Hasard du calendrier, la visite de M. Abe au Mexique intervient une journée après l'annonce de la désignation de Javier Aguirre, sélectionneur de l'équipe du Mexique de football en 2002 et 2012, comme le nouveau sélectionneur de l'équipe du Japon.

csc/gbv/jcb/bir

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.