Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La Jordanie abat un drone près de la frontière avec la Syrie (responsable)

La Jordanie a abattu vendredi un drone qui survolait le gouvernorat de Mafraq, près de la frontière avec la Syrie, a annoncé un responsable de sécurité, le premier incident de ce genre depuis le début du conflit syrien.

"Il s'agissait d'une violation de l'espace aérien jordanien. La Jordanie prendra des mesures (...) une fois ce drone identifié", a ajouté ce responsable.

Selon lui, le drone survolait une zone proche du camp de Zaatari, qui héberge environ 100.000 réfugiés syriens.

"Il n'y a pas eu de blessés. Les forces armées ont fermé la zone où le drone a été abattu par un missile anti-aérien, et ont ouvert une enquête" pour identifier l'appareil, a encore ajouté ce responsable.

Un témoin a raconté avoir "entendu une forte explosion près de Zaatari", puis avoir vu "un objet non identifié tomber", sans plus de précisions.

En avril, Amman avait eu recours à des avions de combats pour détruire des véhicules militaires qui tentaient de pénétrer sur son territoire depuis la Syrie. Damas avait à l'époque affirmé que les véhicules n'appartenaient pas à son armée.

Des heurts ont aussi lieu régulièrement entre des gardes-frontières jordaniens et des trafiquants essayant de faire passer des armes ou d'autres biens à travers la frontière.

Amman est par ailleurs accusé par Damas de soutenir les rebelles qui combattent le régime de Bachar al-Assad depuis plus de trois ans, mais a toujours démenti.

La Jordanie, qui accueille plus de 600.000 réfugiés syriens, a exprimé à plusieurs reprises ses craintes d'une propagation du conflit en Syrie voisine dans le royaume.

La tension entre les deux pays est montée d'un cran fin mai, quand la Jordanie a expulsé l'ambassadeur syrien Bahjat Souleimane en raison de ses "insultes répétées" à l'égard du royaume, provoquant l'expulsion du chargé d'affaires jordanien de Syrie.

str-akh/cbo/sw/emb

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.