Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

La déception Amazon assombrit l'humeur de Wall Street avant le week-end

Wall Street a fini la semaine d'humeur sombre vendredi, plombée notamment par les résultats trimestriels d'Amazon, jugés préoccupants, et un indicateur américain en demi-teinte: le Dow Jones a reculé de 0,72% et le Nasdaq de 0,50%.

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones s'est replié de 123,23 points, à 16.960,57 points, et le Nasdaq de 22,54 points, à 4.449,56 points.

L'indice élargi S&P 500 a reculé de 0,48%, ou 9,64 points, à 1.978,34 points, après avoir battu un nouveau record la veille, aidé notamment par la performance trimestrielle applaudie de Facebook.

Le plongeon du titre du géant Amazon et les doutes accrus sur sa capacité à être bénéficiaire ont miné l'humeur des investisseurs dès l'ouverture du marché. L'action s'est effondrée de près de 10%.

Non seulement Amazon a accusé une perte bien plus nette qu'attendu au deuxième trimestre, mais le groupe a en outre prévenu que son horizon financier serait loin de s'éclaircir au cours des mois suivants, avec une perte d'exploitation de plus en plus importante.

"La perte de valeur des actions de grosses entreprises du marché, à la capitalisation boursière qui compte, fait bien évidemment pression sur l'ensemble du marché", a relevé Art Hogan de Wunderlich Securities, qui a toutefois insisté sur le fait "qu'en dehors de cela, la saison des résultats restait jusqu'à présent plutôt positive".

Par ailleurs, la radio en ligne Pandora Media, dont les prévisions trimestrielles n'ont pas été appréciées par le marché jeudi soir, a elle décroché de plus de 10%.

Pas plus rassurant, l'émetteur de cartes de crédit Visa, dont le titre est une valeur membre du Dow Jones, a révisé à la baisse ses prévisions de chiffres d'affaires annuel, citant une économie mondiale à la croissance molle, ont expliqué les experts de Charles Schwab.

La chaîne de cafés Starbucks a elle aussi fait part de prévisions de bénéfice annuel jugées décevantes.

Du côté des indicateurs, une nouvelle d'apparence encourageante n'a été accueillie qu'avec peu d'enthousiasme: les commandes de biens durables aux Etats-Unis ont rebondi plus nettement que prévu en juin mais elles n'ont pas réussi à effacer leur déclin du mois précédent.

Cela a été perçu comme un signe "que le trimestre dernier a été moins bon économiquement qu'il n'en avait l'air de prime abord", peu avant la sortie de la première estimation sur le produit intérieur brut américain (PIB) mercredi, a commenté Christopher Low de FTN Financials.

En outre, "la faiblesse du marché en Europe", après un indicateur allemand décevant sur le moral du monde des affaires, "a poussé les courtiers à engranger quelques bénéfices", a observé Michael James de Wedbush Securities.

Le marché obligataire a nettement progressé. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans a reculé à 2,469% contre 2,509% jeudi soir, et celui à 30 ans à 3,244% contre 3,300% la veille.

ppa/sl/sam

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.