Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Gaza: l'UE appelle à une enquête "rapide" sur l'école de l'ONU

L'Union européenne a appelé vendredi à une "enquête immédiate" sur le tir d'obus israélien contre une école de l'ONU, qui a fait 15 morts et 200 blessés jeudi.

"Nous appelons à une enquête immédiate et complète sur cet incident", a déclaré Maja Kocijancic, porte-parole du service diplomatique de l'UE.

C'est la quatrième fois que l'Agence pour l'aide aux réfugiés palestiniens (Unrwa) subit des tirs, a souligné la porte-parole, qui a "appelé toutes les parties à respecter l'inviolabilité et l'intégrité de l'Unrwa".

L'UE insiste aussi sur la nécessité de mettre en place des "couloirs humanitaires" pour permettre aux civils qui veulent le faire de fuir les combats.

"Nous sommes extrêmement préoccupées par l'escalade de la violence dans la bande de Gaza", où le bilan de l'offensive israélienne dépasse désormais les 820 morts, dont plus de 190 enfants, a aussi affirmé la porte-parole, en réitérant la "condamnation des pertes de vies civiles".

Alors que les efforts se poursuivent pour obtenir une trêve au 18e jour de l'offensive israélienne contre le Hamas, l'UE a de nouveau appelé toutes les parties à un "cessez-le-feu immédiat".

La Commission européenne a ensuite annoncé le déblocage de 5 millions d'euros supplémentaires pour les opérations de secours d'urgence dans la bande de Gaza, "où une crise humanitaire devient de plus en plus dramatique de jour en jour".

Cela porte à 23,5 millions d'euros le montant total de l'aide humanitaire fournie par la Commission à Gaza depuis le début de l'année.

Les 5 millions débloqués vendredi sont destinés à aider des organisations humanitaires à fournir de l'eau potable, des services médicaux d'urgence, des hébergements de base, des kits d'hygiène et des rations alimentaires, a précisé la Commission dans un communiqué.

"Je suis horrifiée par le nombre de morts et de blessés civils à Gaza", a déclaré la commissaire à l'Aide humanitaire, Kristalina Georgieva, dans un communiqué. Elle s'est élevée contre le fait que "des hôpitaux et des écoles, où des enfants, des femmes, des malades et des personnes âgées terrifiés trouvent refuge, soient devenus des cibles militaires". "L'épouvantable conséquence est qu'au cours des deux derniers jours, un enfant a été tué toutes les heures", a-t-elle dénoncé.

Outre les morts et les blessés civils, l'escalade du conflit a provoqué le déplacement de quelque 150.000 personnes, selon la Commission.

jlb/csg/bir

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.