Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Des journalistes américains détenus en Iran

A sign hangs on the outside of the Washington Post Building August 6, 2013 in Washington, DC, the day after it was announced that Amazon.com founder and CEO Jeff Bezos had agreed to purchase the newspaper for USD 250 million. Multi-billionaire Bezos, who created Amazon, which has soared in a few years to a dominant position in online retailing, said he was buying the Post in his personal capacity and hoped to shepherd it through the evolution away from traditional newsprint.  AFP PHOTO / Saul LOEB        (Photo credit should read SAUL LOEB/AFP/Getty Images)
A sign hangs on the outside of the Washington Post Building August 6, 2013 in Washington, DC, the day after it was announced that Amazon.com founder and CEO Jeff Bezos had agreed to purchase the newspaper for USD 250 million. Multi-billionaire Bezos, who created Amazon, which has soared in a few years to a dominant position in online retailing, said he was buying the Post in his personal capacity and hoped to shepherd it through the evolution away from traditional newsprint. AFP PHOTO / Saul LOEB (Photo credit should read SAUL LOEB/AFP/Getty Images)

Quatre autres journalistes sont emprisonnés en Iran, dont le correspondant du journal à Téhéran, Jason Rezaian.

M. Rezaian, qui est basé dans la capitale iranienne depuis 2008, serait détenu avec sa femme Yeganeh Salehi, une Iranienne d'origine qui est aussi journaliste dans un journal des Émirats arabes unis.

Le rédacteur en chef des nouvelles internationales du Washington Post, Douglas Jehl, se dit inquiet pour le bien-être de son journaliste « expérimenté » et de sa femme. Le journal aurait reçu des « documents crédibles » qui ont confirmé leur détention.

Le ministère de la Justice iranien a confirmé que M. Rezaian avait été détenu pour un interrogatoire, à la suite d'une enquête. « Nous restons vigilants face aux activités de nos ennemis », a conclu le procureur général Gholam-Hossein Esmaili.

M. Rezaian a une double citoyenneté, américaine et iranienne.

Deux autres photojournalistes indépendants d'origine américaine seraient détenus en Iran.

Une porte-parole du département d'État, Mary Harf, a indiqué que les autorités américaines avaient été informées et que leur priorité était « la sécurité et le bien-être des citoyens américains à l'étranger ».

Plusieurs autres journalistes détenus

Selon le Comitee to Protect Journalists (CPJ), une organisation indépendante qui promeut la liberté de la presse, l'Iran est le deuxième pays au monde derrière la Turquie qui emprisonne le plus de journalistes.

En 2013, 35 journalistes étaient derrière les barreaux en Iran. Certains y sont emprisonnés depuis 2007.

Au début du mois de juillet, la journaliste iranienne Marzieh Rasouli avait été condamnée à 50 coups de fouet et à 2 ans de prison pour avoir propagé de la « propagande antigouvernement ». Mme Rasouli avait participé à des émissions de la BBC, que le régime iranien considère comme étant un outil d'espionnage britannique.

Rapprochement avec l'Occident

L'élection du nouveau président réformiste Hassan Rouhani avait suscité des espoirs chez les journalistes. M. Rouhani avait dénoncé le contrôle excessif du gouvernement envers les médias, notamment.

Le CPJ avait même noté que la censure était moins exercée depuis son arrivée à la tête du pays. Or, malgré ces visées ambitieuses du président, il reste au pays beaucoup de radicaux de l'ancien régime, qui tiennent à maintenir le statu quo.

En septembre 2013, le gouvernement iranien avait tout de même procédé à la libération de 11 prisonniers politiques.

INOLTRE SU HUFFPOST

Hassan Rohani remporte la présidentielle en Iran

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.