Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Dans "Lucy", Luc Besson enfonce les portes de la perception

Nous n'utilisons qu'une infime partie de notre cerveau. Qu'arriverait-il si nous y avions entièrement accès ? C'est la question fascinante explorée dans "Lucy", le dernier film de Luc Besson, dans un délire visuel qui toutefois laisse sur sa faim.

Incarnée par l'Américaine Scarlett Johansson, Lucy est une étudiante fêtarde à Taïwan. Un amant la convainc d'apporter une valise dans un hôtel et tout tourne mal : elle se retrouve aux mains de mafieux chinois qui veulent en faire une mule et insèrent dans son abdomen un paquet d'une drogue expérimentale.

Après un passage à tabac, le paquet de cristaux bleus fuit, et la molécule, le "CPH4", se dissémine dans son organisme et lui donne progressivement accès à 100% de ses capacités cérébrales.

"J'aime la science-fiction car sa seule limite, c'est votre imagination", a raconté Luc Besson lors d'une séance de questions-réponses à l'American Cinematheque de Los Angeles jeudi, à la veille de la sortie officielle du film aux Etats-Unis (le 6 août en France).

Le réalisateur de "Nikita", "Jeanne d'Arc" ou le "Cinquième élément" met une nouvelle fois en scène une héroïne surhumaine comme il les aime.

Lucy tape à vitesse supersonique sur deux ordinateurs à la fois, fait léviter ses ennemis, perçoit les ondes des téléphones portables, manipule humains et appareils électroniques par télékinésie...

L'idée du film est née il y a presque dix ans lors d'un dîner : "On m'avait assis à côté d'une jeune femme. Je me suis dit +A coup sûr elle veut être actrice+. En fait, elle était professeur de recherche sur les cellules cancéreuses. J'étais fasciné."

Le choix de Scarlett Johansson s'est fait après une première rencontre dans un restaurant : "Nous étions comme deux chiens qui se reniflent. Il faut avoir envie de passer huit mois ensemble sur un plateau", raconte-t-il.

"Scarlett était en T-shirt, sans maquillage, elle me fixait et me posait des tonnes de questions : +Et comment tu vas filmer ça ? Et pourquoi tu as écrit ci ?+ Ca m'a plu", ajoute-t-il.

Le réalisateur assure que la molécule CPH4 "existe, mais ce n'est pas son vrai nom, je ne veux pas donner de mauvaises idées à certains !" "Elle est secrétée par les femmes enceintes de six semaines. Et comme Scarlett est enceinte, en fait elle secrétait du CPH4 pendant le tournage. Ca montre à quel point elle s'est impliquée !", badine-t-il.

Le film, tourné entre Paris et Taipei, n'est jamais aussi bon que dans les scènes d'action et d'humour pince-sans-rire.

"J'ai lu vos recherches. C'est rudimentaire mais vous êtes sur la bonne voie", assène une Lucy blasée à un professeur de recherche cérébrale médusé, interprété par Morgan Freeman.

"Je ne sais pas ce que les humains feraient avec 10% d'utilisation de cerveau en plus. Nous pourrions résoudre le manque d'espace, guérir le cancer, beaucoup de choses", estime Morgan Freeman, interrogé par l'AFP.

Dans le film, son personnage conseille à Lucy de "transmettre son savoir, c'est l'unique sens de la vie".

Le "thriller" se perd toutefois entre considérations philosophiques, mutations physiques parfois outrées, déluge d'effets spéciaux et d'imagerie animalière. Lucy remonte le temps, revit le big bang façon Terrence Malick dans "The Tree of Life", rencontre des hommes préhistoriques, irradie des ondes énergétiques et se dématérialise.

Là où la tueuse de "Nikita" touchait le spectateur avec ses failles et son histoire d'amour, Lucy perd toute sensibilité à mesure qu'elle devient puissante.

"Je ne sens plus la douleur, la peur, le désir, tout ce qui nous rend humain", constate-t-elle.

Lors d'une course-poursuite spectaculaire à travers Paris, la fugitive omnisciente emboutit voitures et piétons sans une once d'émotion, en déclarant que "de toute façon on ne meurt jamais vraiment".

Le film, d'un budget estimé de 40 millions de dollars, se retrouve en compétition au box-office américain avec un blockbuster à 100 millions de dollars, "Hercule". Selon le site internet Variety.com, "Lucy" est parti pour générer 38 millions de dollars lors de son premier week-end à l'affiche, 10 millions de plus que le demi-dieu.

ved-spc/bdx/sam/myl

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.