Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Crash Air Algérie: pas "de personnes suspectes" à bord (ministre française)

Il n'y avait pas "de personnes suspectes" enregistrées à bord de l'avion d'Air Algérie qui s'est écrasé dans le nord du Mali en faisant 118 morts, a déclaré vendredi à Ouagadougou la secrétaire d'Etat aux Français de l'étranger, Fleur Pellerin.

"D'après les enquêtes menées à la fois par les autorités burkinabè et par ce que nous savons côté français, il n'y avait pas de personnes suspectes parmi les personnes enregistrées à bord. Mais, pour avoir des certitudes, il faudra attendre que l'enquête puisse se dérouler sur place", a déclaré Mme Pellerin à l'issue d'une réunion de la cellule de crise mise en place au Burkina Faso.

Accompagnée du Premier ministre burkinabè Luc Adolphe Tiao, elle a également rencontré à l'aéroport des familles des 23 Burkinabè ayant péri dans le crash de l'avion, un McDonnell Douglas MD83 qui avait décollé dans la nuit de mercredi à jeudi de Ouagadougou pour Alger et s'était écrasé 50 minutes après son envol.

L'objectif était de leur dire "ce que nous savons à ce stade de l'enquête", a-t-elle affirmé. "La configuration du site et les images qui nous ont été montrées ce matin au centre de crise burkinabè laissent à penser qu'il s'agit probablement d'une cause mécanique liée aux conditions météorologiques", a ajouté Mme Pellerin.

Des images tournées sur le site par des soldats burkinabè montrent des débris métalliques difficilement identifiables éparpillés sur des dizaines de mètres. Les principaux éléments de l'avion (moteur, fuselage...) ne sont pas visibles.

"J'ai le très profond regret de vous annoncer que l'avion s'est écrasé et s'est éparpillé en mille morceaux", a de son côté déclaré M. Tiao, ajoutant: "Nous ne sommes même pas certains que nous puissions reconstituer les corps tellement les morceaux sont émiettés".

Il a indiqué que le président burkinabè Blaise Compaoré "se rendra sur les lieux de l'accident, certainement avec son homologue malien (Ibrahim Boubacar Keïta) et les autorités françaises", sans préciser quand.

str-stb/cs/mba

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.