Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

BSkyB va créer "Sky Europe", un géant européen de la télévision payante

Le groupe britannique de télévision BSkyB va racheter les parts de 21st Century Fox, la société de Rupert Murdoch, dans les bouquets Sky Italia et Sky Deutschland afin de créer un géant européen de la télévision payante.

Il pourrait payer jusqu'à 7 milliards de livres (environ 8,8 milliards d'euros) en numéraire pour cette transaction avec le magnat des médias, qui pourrait de son côté utiliser cet argent frais dans sa tentative de rachat du groupe de médias Time Warner.

21st Century Fox possède également 39% de BSkyB et avait dû renoncer il y a trois ans à en prendre le contrôle total en raison du scandale des écoutes téléphoniques pratiquées par un tabloïde de la galaxie Murdoch au Royaume-Uni.

Dans le détail, BSkyB a indiqué vendredi qu'il paierait l'équivalent de 2,45 milliards de livres (3 milliards d'euros) pour 100% du bouquet italien Sky Italia, dont 2,07 milliards de livres en numéraire et le reste via le transfert de sa part dans la chaîne National Geographic.

Le groupe britannique paiera également 2,9 milliards de livres (3,7 milliards d'euros) pour une part de 57,4% dans l'allemand Sky Deutschland. BSkyB va aussi lancer une offre sur les minoritaires de Sky Deutschland à 6,75 euros par action qui, si elle aboutissait, porterait le total de la transaction à près de 7 milliards de livres.

Pour aider à financer cette vaste opération, BSkyB a émis de nouvelles actions vendredi auprès d'investisseurs institutionnels - dont 21st Century Fox qui a ainsi maintenu intacte sa part du capital.

Il a vendu l'équivalent de 10% du nombre d'actions en circulation avant cette nouvelle émission, pour un total de 1,36 milliard de livres (1,7 milliard d'euros).

Le regroupement des trois bouquets Sky doit permettre de créer un géant européen de la télévision face à une concurrence de plus en plus acharnée, avec l'arrivée par exemple du géant américain de la vidéo à la demande Netflix.

"Cette transaction va créer une entreprise multinationale de télévision payante de classe mondiale avec plus de perspectives de croissance et des avantages d'échelle immédiats", a assuré Jeremy Darroch, le directeur général de BSkyB.

"Les trois sociétés Sky sont des leaders sur leurs marchés nationaux et seront encore plus fortes ensemble", a-t-il ajouté.

L'entreprise unifiée - déjà baptisée "Sky Europe" par les observateurs - aura un total de 20 millions d'abonnés et plus de moyens pour investir notamment dans l'acquisition de droits de retransmission de films, de séries et surtout de sport.

Les droits de diffusion du football sont en effet souvent la raison principale motivant les abonnements et sont donc au centre de la bataille entre les télévision payantes, qui sont prêtes à mettre des centaines de millions d'euros sur la table pour les remporter.

BSkyB, en compétition frontale avec BT Sports au Royaume-Uni, a subi un revers cuisant en se faisant rafler les droits exclusifs de diffusion de la Ligue des champions pour trois ans à partir de 2015/2016 par ce nouvel entrant.

A la Bourse de Londres, les investisseurs ont manifesté leur prudence et leur déception face à la dilution de valeur entraînée par l'émission des nouveaux titres: l'action British Sky Broadcasting Group a plongé de 5,46% à 874,5 pence - la plus mauvaise performance des principales valeurs.

"Cette acquisition sera difficile à mettre en oeuvre, dans un contexte de concurrence féroce et donc d'érosion potentielle de la croissance de Sky sur son marché domestique", a souligné Richard Hunter, analyste chez Hargreaves Lansdown.

Reste désormais à savoir ce que va faire Rupert Murdoch. Un an après la scission de son empire médiatique, l'homme d'affaires américain d'origine australienne semble décidé à créer un nouveau mastodonte de la télévision et du cinéma en mariant ses chaînes et ses studios à l'américain Time Warner.

21st Century Fox avait fait en juin une offre ferme de fusion à Time Warner pour une valorisation d'environ 80 milliards de dollars. Malgré le refus de sa cible à ce stade, Rupert Murdoch serait déterminé à mener à bien l'opération.

jmi/pn/mr

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.