Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Ottawa est assis sur plus de 730 millions $ non réclamés par les contribuables

MONTRÉAL - Ottawa est assis sur plus de 730 millions $ de remboursements d'impôt et de chèques du gouvernement non réclamés, selon Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.

De nombreux Canadiens sont impatients de recevoir leur pension, leurs prestations d'assurance-emploi et leurs prestations fiscales pour enfants, mais le ministère affirme que 3,2 millions de chèques émis au cours des cinq dernières années n'ont jamais été encaissés pour une multitude de raisons.

Certains chèques ont été égarés, d'autres n'ont pas été reçus, et dans certains cas, les récipiendaires ont déménagé sans laisser d'adresse.

Les remboursements d'impôt représentent 149 millions $ n'ayant pas été réclamés par 338 000 personnes.

Plus de 1,5 million de chèques, d'une valeur totalisant 420 millions $ non réclamés, ont été émis en vertu d'autres programmes, incluant la Prestation trillium de l'Ontario (40,1 millions $) et le Crédit pour la taxe sur les mesures climatiques aux résidents à faible revenu de la Colombie-Britannique (32 millions $).

Le receveur général du Canada émet des chèques pour près de 30 programmes au nom de tous les gouvernements provinciaux, à l'exception de celui du Manitoba.

Parmi les autres sommes qui demeurent à être réclamées figurent:

— 41 millions $ pour le Régime de pensions du Canada;

— 5,1 millions pour l'assurance-emploi;

— 92,6 millions $ de crédits pour la TPS/TVH;

— 22,6 millions $ de prestations fiscales canadiennes pour enfants.

Le fédéral n'est pas le seul dans cette situation. Le ministère ontarien des Finances et celui de la Santé et des Soins de longue durée, par exemple, comptent pour 67 millions $ de chèques qui n'ont pas encore été encaissés.

Les chèques fédéraux non encaissés, sans date limite, s'ajoutent à la somme de près de 1 milliard $ dormant dans des comptes bancaires inactifs ou dans le programme des obligations d'épargne de la Banque du Canada.

Contrairement à la banque centrale, les gouvernements fédéral et provinciaux n'ont pas de site Web permettant aux contribuables de savoir s'ils devraient faire une réclamation.

Les défenseurs des droits du consommateur réclament la mise en place par Ottawa et les provinces de mesures qui rendraient plus facile pour les Canadiens de réclamer leur dû. Actuellement, les contribuables sont tenus de contacter chaque ministère émetteur de chèques.

«Ce n'est pourtant pas dur à comprendre», a affirmé Brenda Potter Phelan, une comptable qui gère le site Web et blogue Legacy Tracker.

«Nous sommes en 2014, a-t-elle ajouté. Pourquoi n'avons-nous pas recours à la technologie?»

INOLTRE SU HUFFPOST

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.