Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Netanyahu: le Hamas porte l'entière responsabilité des victimes civiles à Gaza

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a affirmé dimanche que le Hamas portait l'unique et entière responsabilité pour les victimes civiles à Gaza, évoquant le droit d'Israël à se défendre face aux tirs de roquettes du mouvement islamiste palestinien.

En dépit des appels internationaux à un cessez-le-feu, M. Netanyahu a indiqué sur la chaîne américaine CBS qu'Israël ne renoncerait pas à ses bombardements tant qu'il n'aurait pas assuré "une sécurité durable" pour son peuple.

"Nous utilisons tous les moyens nécessaires pour défendre notre peuple, comme le feraient les Etats-Unis ou tout autre gouvernement face à une telle situation", a-t-il souligné, en réponse à la question d'une éventuelle offensive terrestre israélienne à Gaza.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a appelé samedi Israël et le Hamas à cesser le feu et à "respecter les lois humanitaires internationales notamment sur la protection des civils".

Mais M. Netanyahu a assuré que le Hamas était le seul à blâmer pour toutes les victimes civiles de Gaza car il place des roquettes et des postes de commandes "dans des maisons, des hôpitaux, près des crèches et des mosquées".

"Donc bien entendu, ils sont responsables de toutes les morts civiles survenues accidentellement", a-t-il martelé. "Nous sommes désolés pour toutes les morts accidentelles de civils mais c'est le Hamas qui en porte l'entière responsabilité", a-t-il insisté.

Israël a promis dimanche d'intensifier ses bombardements sur la bande de Gaza et demandé aux habitants du nord de l'enclave de quitter leur domicile et s'éloigner, au sixième jour d'une offensive visant à neutraliser le Hamas et ses tirs de roquettes.

Dimanche, les frappes ont fait trois morts, notamment un adolescent de 14 ans et une femme de 44 ans, selon les secours palestiniens, dont le bilan s'établit désormais à 166 morts et plus d'un millier de blessés depuis mardi.

jm/sam/chv

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.