Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Karzaï d'accord pour différer l'investiture du nouveau président afghan (Kerry)

Le président afghan sortant Hamid Karzaï a accepté de différer la date de l'investiture de son successeur, qui devait avoir lieu le 2 août, afin de laisser du temps pour réaliser un audit complet sur la fraude, a indiqué le secrétaire d'Etat américain samedi à Kaboul.

"Je le remercie pour sa volonté de différer l'investiture", a dit M. Kerry, lors d'une conférence de presse aux côtés de l'intéressé au palais présidentiel, en se félicitant que le président sortant, qui a dirigé le pays depuis la chute des talibans en 2001, "veuille bien rester en place".

De son côté, le président Hamid Karzaï s'est félicité de l'accord annoncé samedi par M. Kerry entre les deux candidats à la présidentielle afghane Abdullah Abdullah et Ashraf Ghani, qui se disputaient la victoire sur des soupçons de fraude.

"Les Afghans ont été patients jusqu'à présent, mais en même temps ils sont pressé de connaître le prochain président de l'Afghanistan", a dit M. Karzaï.

Les deux rivaux du second tour de la présidentielle du 14 juin dernier se sont mis d'accord samedi pour un audit des huit millions de votes qui ont été enregistrés, après deux jours de négociations intenses à Kaboul autour de John Kerry.

L'investiture retardera également la signature, très attendue par les Américains, d'un traité bilatéral de sécurité (BSA) prévoyant le maintien en Afghanistan de 9.800 soldats américains, contre 32.000 actuellement.

M. Karzaï a refusé de le parapher mais MM. Abdullah et Ghani ont assuré qu'ils le feraient s'ils étaient élus.

jkb-emp/jeb

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.