Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Irak: les forces de sécurité et des milices ont exécuté des prisonniers sunnites

Les forces de sécurité irakiennes et des milices chiites alliées ont exécuté au moins 255 prisonniers sunnites alors qu'elles fuyaient l'offensive jihadiste en juin, a dénoncé vendredi l'ONG Human Rights Watch.

"Les forces de sécurité irakiennes et des milices affiliées au gouvernement semblent avoir illégalement exécuté au moins 255 prisonniers depuis le 9 juin", a dit l'organisation basée à New York.

"Ces exécutions extrajudiciaires s'apparentent à des crimes de guerre ou des crimes contre l'humanité", explique HRW qui pense que celles-ci ont été commises en représailles aux massacres menés dans le même temps par les insurgés, en particulier les jihadistes ultra-radicaux de l'Etat islamique (EI).

"Abattre des prisonniers est une violation flagrante du droit international", a déclaré le directeur adjoint de HRW pour le Moyen-Orient, Joe Stork.

"Alors que le monde dénonce les actes atroces (des insurgés), il ne doit pas fermer les yeux sur les meurtres confessionnels commis par le gouvernement et ses milices", ajoute HRW.

L'ONG affirme avoir recensé des massacres de prisonniers en juin à Mossoul, à Tal Afar et à Baqouba, et réclame une enquête internationale.

Depuis le 9 juin, les insurgés sunnites conduits par les jihadistes de l'EI ont conquis Mossoul, la deuxième ville d'Irak et se sont emparés de grands pans de territoire dans l'ouest, le nord et l'est du pays.

Après leur débandade les premiers jours face à l'offensive jihadiste, les troupes gouvernementales tentent depuis, non sans grande peine de reprendre des régions prises par les insurgés.

jmm/wd/srm/hj/fcc

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.