Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Crise de la BES: le gouvernement portugais écarte une intervention de l'Etat

Le Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho a écarté vendredi le scénario d'une intervention publique pour venir en aide à la banque BES, exposée aux graves difficultés financières du reste du groupe Espirito Santo.

"Il n'y a aucune raison pour que l'Etat intervienne dans une banque qui a des fonds propres solides et qui dispose d'une marge confortable pour faire face à toute éventualité, même la plus adverse", a déclaré devant la presse le chef du gouvernement de centre droit.

"Je n'ai aucune raison de douter que la sérénité sera préservée au sein de notre système financier", a-t-il ajouté en soulignant qu'il fallait dissocier "les affaires que possède la famille" Espirito Santo et la banque BES.

"Les épargnants ont toutes les raisons de faire confiance à la BES quant à la sécurité de leurs économies", a insisté M. Passos Coelho.

Peu avant la déclaration du Premier ministre, la Banque du Portugal a elle aussi cherché à rassurer les clients de la BES et l'ensemble des investisseurs.

"La BES possède des réserves financières suffisantes pour absorber un éventuel impact négatif de son exposition à la branche non financière du groupe Espirito Santo", a affirmé la banque centrale dans un communiqué.

"Il n'y pas de raison de douter de la sécurité des fonds confiés à la BES, et ses épargnants peuvent donc être tranquilles", a ajouté le régulateur du système bancaire portugais.

Après ses propos rassurants, la cotation du titre de la BES, suspendu jeudi après avoir plongé de 17,24%, a repris en milieu de matinée à la Bourse de Lisbonne, qui rebondissait de près de 2% après la forte chute de la veille.

La Commission du marché des valeurs mobilières (CMVM) a décidé d'interdire pendant la journée de vendredi la vente à découvert des actions de la BES, un mécanisme spéculatif qui consiste à parier sur la baisse d'un titre.

Dans un communiqué diffusé dans la nuit de jeudi à vendredi, la BES avait chiffré à 1,18 milliard d'euros son exposition au reste du groupe Espirito Santo, dont la solvabilité a cristallisé les inquiétudes des marchés.

tsc/bh/fw

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.