Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

USA/Benghazi: le juge accorde un délai pour instruire le cas Khattala

Le juge américain chargé de l'affaire contre Abou Khattala, accusé d'être un artisan de l'attaque meurtrière à Benghazi en Libye en 2012, a accepté mardi de repousser de 45 jours la prochaine audience, comme le lui avait demandé l'accusation pour instruire ce dossier "complexe".

Lors d'une troisième brève comparution du suspect devant le juge fédéral de Washington Christopher Cooper, l'assistant du procureur Michael DiLorenzo a argué que l'attaque avait "eu lieu à des milliers de kilomètres des Etats-Unis" et que cela la "rangeait clairement au rang des affaires complexes".

Il a souligné que les témoins vivaient hors des Etats-Unis, que la plupart des documents se trouvaient à l'étranger, et qu'ils devaient être traduits de l'arabe ou qu'ils étaient classés secret défense. Il a insisté en outre sur "la peine significative" encourue par l'accusé -- la réclusion à perpétuité --, tout en repoussant à l'automne l'éventualité de le poursuivre pour d'autres charges qui lui feraient encourir la peine de mort.

A l'issue de l'audience, le juge a reconnu que l'affaire était "si inhabituelle et complexe que cela semble déraisonnable d'espérer préparer de manière adéquate les audiences préliminaires et le procès proprement dit dans le délai imparti", selon un document judiciaire.

Il a accordé 45 jours supplémentaires à l'accusation, sans objection de la défense, fixant la prochaine audience au 9 septembre, deux jours avant le deuxième anniversaire de l'attaque contre le consulat qui avait fait quatre morts, dont l'ambassadeur américain en Libye, Christopher Stevens.

L'avocate d'Ahmed Abou Khattala, Michelle Peterson, a estimé que ce délai lui permettrait d'obtenir davantage d'éléments à charge, soulignant qu'elle ne disposait pour l'instant de documents pour "deux heures de travail seulement".

Vêtu d'une combinaison verte de prisonnier, le suspect, âgé d'environ 43 ans, est apparu sans menottes, avec les cheveux ébouriffés et une barbe touffue poivre et sel. Comme les fois précédentes, il a suivi l'audience avec attention.

Abou Khattala a plaidé non coupable le 28 juin de "conspiration en vue d'apporter un soutien matériel à des terroristes" lors de l'attentat du 11 septembre 2012.

chv/gde/lb

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.