Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Une filiale de Gazprom retenue pour le tronçon serbe du gazoduc South Stream

Le géant gazier russe Gazprom a annoncé mardi avoir choisi l'une de ses filiales pour la construction du tronçon en Serbie du gazoduc South Stream, que l'Union européenne tente actuellement de bloquer.

Tsentrgaz, sortie vainqueur de l'appel d'offres, "sera en charge de la préparation du projet, de la livraison des équipements et des matériaux, de la formation du personnel et de la mise en exploitation de South Stream en Serbie", a précisé Gazprom dans un communiqué.

Recevant lundi son homologue serbe Aleksandar Vucic, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev avait estimé que cette signature faisait entrer le projet "dans une nouvelle phase".

South Stream, projet évalué à 16 milliards d'euros mené par Gazprom avec des groupes énergétiques européens comme Eni et EDF, doit transporter à partir de fin 2015 du gaz russe vers l'Europe en contournant l'Ukraine.

La Commission européenne, qui estime que les règles européennes pour les marchés publics n'ont pas été respectées, notamment sur l'accès de pays tiers, a obtenu de la Bulgarie d'interrompre les travaux.

Mais les autorités bulgares ont indiqué lundi espérer convaincre Bruxelles d'autoriser prochainement leur reprise.

L'Autriche ou encore la Hongrie ont affiché leur soutien au projet.

La Serbie qui a ouvert en janvier ses négociations d'adhésion à l'Union européenne (UE) entretient des relations privilégiées avec la Russie.

Moscou a dénoncé des sanctions déguisées en raison de la crise ukrainienne, qui a notamment pour conséquence l'interruption depuis le 16 juin des livraisons de gaz russe à l'Ukraine.

gmo/lap/ih

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.