Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Typhon Neoguri au Japon: nouvelle alerte spéciale sur une partie d'Okinawa

Une alerte spéciale a été de nouveau lancée mercredi matin en raison de risques de très violentes pluies dues au puissant typhon Neoguri sur une partie de l'île d'Okinawa, a annoncé l'Agence nationale de météorologie.

Cette nouvelle mise en garde maximale face à un danger de dégâts majeurs et de pertes humaines a été relancée partiellement alors que l'agence avait quelques heures auparavant rétrogradé le niveau d'alerte sur l'ensemble de la région.

L'agence prévient qu'existent des risques très importants de glissements de terrains, d'inondations et autres désastres sur cette île de l'extrême-sud du Japon.

Okinawa avait déjà été placée sous alerte "spéciale" de lundi soir à la nuit de mardi à mercredi.

Des précipitations diluviennes continuaient d'arroser cette île de l'extrême-sud même si le typhon s'est pourtant éloigné de cette région méridionale distante de plusieurs centaines de kilomètres des îles principales du Japon (Kyushu, Shikoku, Honshu et Hokkaido tout au nord).

Encore près de 400.000 personnes étaient invitées à se réfugier dans des bâtiments publics mercredi matin dans la région d'Okinawa.

Par ailleurs, les effets du typhon Neoguri ("raton laveur" en coréen) se faisaient déjà largement sentir sur toute la partie du sud-ouest (Kyushu, Shikoku et la pointe de Honshu) pour certaines arrosées depuis lundi.

Ce cyclone tropical, un peu affaibli, se trouvait mercredi matin à 08H00 locales (mardi 23H00 GMT) en mer de Chine orientale. Il prend désormais la direction de ces îles principales qu'il devrait aborder dans la nuit de mercredi à jeudi.

Lors de son passage mardi à proximité d'Okinawa avec des pointes de vent à 270 km/h, il a fait au moins 25 blessés, saccagé des arbres, lignes électriques, serres et bâtiments, et entraîné des coupures sur les réseaux de télécommunications.

Les fortes bourrasques et pluies plus au nord ont aussi fait deux morts, à Kochi (Shikuko) et Kumamoto (Kyushu).

kap/jr

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.