Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Nucléaire : l'UE renforce les contrôles de sécurité des centrales

L'Union européenne a formellement adopté mardi une nouvelle directive renforçant la sécurité des installations nucléaires afin de tenir compte des leçons de l'accident de Fukushima en 2011.

Plus de trois ans après la catastrophe au Japon, l'UE accorde "des pouvoirs et une autonomie accrus aux autorités nationales de sûreté" et établit des contrôles plus réguliers des quelque 130 réacteurs actuellement en opération dans 14 pays européens, a indiqué la Commission dans un communiqué.

Remplaçant celle en vigueur depuis 2009, cette nouvelle directive vise à davantage de coopération entre Etats membres en matière de sûreté nucléaire, comme l'avaient souhaité les dirigeants de l'UE à la suite de l'accident de la centrale de Fukushima.

Les évolutions de ce texte, qui devra être transposé en droit national par les 28 dans "un délai de trois ans", tiennent compte "des leçons tirées des tests de résistance" menés ces trois dernières années, précise la Commission.

Le nouveau cadre législatif instaure "un système européen d'examen par les pairs", qui prévoit un contrôle des installations tous les six ans par des équipes d'experts internationaux et non plus uniquement nationaux. Le premier examen de ce genre se déroulera en 2017.

En outre, les pays devront organiser "au moins tous les dix ans" des auto-évaluations de leur cadre national et de leurs autorités responsables de la sûreté.

Avec cette directive, la Commission souhaite par ailleurs "renforcer la transparence" sur les questions de sûreté en améliorant l'information du public "aussi bien en cas de fonctionnement normal qu'en cas d'incident".

Le nucléaire fournit actuellement 27% de l'électricité dans l'UE et, même si l'Allemagne a décidé en mars 2011 de l'abandonner, -- ordonnant la fermeture immédiate de huit réacteurs sur les 18 centrales nucléaires encore en activité--, "les récents développements indiquent qu'il restera une importante source d'énergie dans les décennies à venir", souligne l'exécutif européen.

jri/cb/sym

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.