Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'ONU appelle l'Australie à revoir son traitement des migrants du Sri Lanka

Le Haut Commissariat aux Droits de l'Homme de l'ONU a appelé mardi l'Australie à revoir ses procédures vis-à-vis des demandeurs d'asile sri lankais, se demandant s'il n'y pas une violation des conventions internatioanles.

Cette appel intervient après qu'un tribunal a interdit lundi à l'Australie de renvoyer un bateau transportant 153 demandeurs d'asile sri lankais dont 37 enfants, un jour après que Canberra eut contraint un autre navire à retourner au Sri Lanka, suscitant de vives critiques.

"Depuis leur interception il y a une semaine, les personnes de ce bateau n'ont pu contacter des membres de leur famille ou des organisations de réfugiés", a déploré devant la presse à Genève la porte-parole du Haut Commissariat, Ravina Shamdasani.

"Nous espérons que la question sera sujette à un examen juridique complet conforme aux obligations de l'Australie au regard du droit international", a-t-elle ajouté.

Elle a notamment évoqué la question du "non refoulement", qui empêche de renvoyer un réfugié sans une audition équitable, un point clé de la Convention sur les réfugiés de 1951.

Leurs avocats ont affirmé que les demandeurs d'asile avaient été privés du droit de voir leur demande examinée dans les formes par les autorités qui avaient prévu de le faire par vidéo à bord du bateau.

Lle gouvernement australien a reconnu lundi qu'un bateau transportant 41 demandeurs d'asile sri lankais avait été renvoyé vers le Sri Lanka.

Les autorités sri lankaises ont annoncé lundi que ceux-ci seraient inculpés pour avoir quitté le pays illégalement, ils risquent deux ans de prison.

L'Australie doit aussi vérifier qu'elle respecte les Conventions contre la torture, sur les droits politiques et civils et sur les droits de l'enfant, a affirmé la porte-parole du Haut Commissariat.

Le HCR, l'agence de l'ONU pour les réfugiés, avait également fait part de "son inquiétude profonde" et rappelé à Canberra ses obligations internationales, à savoir l'examen au cas par cas des demandes d'asile, selon des procédures équitables.

Le gouvernement conservateur de Tony Abbott se targue de ce qu'aucun bateau de migrants clandestins ne soit parvenu à atteindre les côtes australiennes ces six derniers mois.

Les embarcations sont désormais interceptées pendant la traversée et renvoyées vers leur port de départ, l'Indonésie le plus souvent. Les demandeurs d'asile sont envoyés dans des camps en Papouasie-Nouvelle Guinée ou sur des îles du Pacifique, telles que Nauru ou Manus, pendant l'examen de leur dossier, qui prend souvent plusieurs mois.

Les demandeurs d'asile sont devenus un sujet de crispation, dans ce pays de 23 millions d'habitants fondé par des émigrés.

jfw/pjt/ih

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.