Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Sylvain Bélair, l'ex-DG du Cosmodôme à Laval, est poursuivi par l'Autorités des marchés financiers

L'Autorité des marchés financiers (AMF) intente des poursuites pénales contre Sylvain Bélair, qui a été directeur général du Cosmodôme de 2009 jusqu'en janvier dernier. Cependant, M. Bélair est toujours à l'emploi du Cosmodôme.

Sylvain Bélair fait face à 188 chefs d'accusation pour diverses activités, notamment placement illégal sans prospectus, pratique illégale de courtier en valeurs et transmission d'informations fausses ou trompeuses à propos d'une opération sur titres.

Au moins 47 investisseurs ont été floués dans le présumé stratagème à la Ponzi qu'auraient érigé Sylvain Bélair et son acolyte, Patrick Boisvert. Ce dernier fait face à 52 chefs d'accusation similaires à ceux formulés contre M. Bélair.

La fraude est estimée à 2 millions de dollars. Les deux accusés auraient fait miroiter des rendements liés à un projet immobilier en Chine, entre 2006 et 2009. « Notre enquête a révélé que la très grande partie de cet argent se serait volatilisée », a déclaré Sylvain Théberge, de l'Autorité des marchés financiers, lors d'une entrevue accordée à RDI.

Au terme d'un procès qui devrait être tenu dans les mois à venir, Sylvain Bélair pourrait se voir imposer jusqu'à 700 000 $ d'amendes et Patrick Boisvert 200 000 $ et ce, s'ils sont reconnus coupables de tous les chefs d'accusation qui pèsent contre eux.

Sylvain Théberge, de l'AMF, affirme qu'il s'agit d'un dossier important compte tenu de la notoriété de l'un des individus inculpés, en l'occurrence Sylvain Bélair et en raison, également, des sommes englouties dans ce stratagème. La majorité des investisseurs floués proviennent du Québec et du Canada, d'ajouter M. Théberge.

INOLTRE SU HUFFPOST

Astronomie: les 15 photos de l'année 2013

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.