Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Le dialogue national au Soudan est "dans une impasse" (opposition)

Le dialogue national lancé par le président soudanais est dans une impasse, a déclaré mardi à l'AFP le chef du parti d'opposition Réforme maintenant, Ghazi Salaheddine Atabani, en réclamant une alternative "plus crédible".

"Notre bureau politique a déclaré que le dialogue national avait atteint une impasse, et que nous devrions rechercher une alternative plus crédible", a déclaré M. Atabani à l'AFP.

"Dans les jours à venir, nous allons travailler avec d'autres forces politiques pour négocier une telle alternative", a-t-il ajouté.

Le président Omar el-Béchir, arrivé au pouvoir il y a 25 ans par un coup d'Etat, a appelé en janvier à un "dialogue national" pour répondre à la volonté de changement exprimée lors d'un important mouvement de contestation en septembre.

Plusieurs organisations d'opposition comme le parti du Congrès populaire, le parti Oumma de Sadiq al-Mahdi, renversé par M. Béchir en 1989, et Réforme maintenant, avaient participé à une réunion préparatoire en avril.

Les rebelles des régions du Darfour (ouest), du Kordofan-Sud et du Nil-Bleu (sud) avaient également été conviés à prendre part au dialogue.

Mais les arrestations d'opposants et la censure de la presse ont soulevé des questions quant à volonté du gouvernement d'engager de véritables réformes.

M. Mahdi a ainsi été arrêté et détenu un mois mi-juin pour avoir accusé une unité paramilitaire d'exactions au Darfour, en proie à plus de 10 dans de conflit.

Sa libération avait été jugée insuffisante par l'opposition, qui a réclamé que les autorités libèrent aussi le dirigeant du Parti du Congrès soudanais, Ibrahim el-Cheikh ainsi que d'autres militants, et qu'elles autorisent à nouveau le journal Al-Saiha à paraître.

M. Ckeikh est toujours en détention, et Al-Saiha, autorisé à reparaître dimanche, a été de nouveau censuré.

Ancien conseiller d'Omar el-Béchir, M. Atabani a crée son parti après avoir été exclu du Parti du Congrès national --au pouvoir-- pour dissidence.

it/cbo/fcc

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.