Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

L'appétit pour les résidences haut de gamme demeure élevé, affirme Sotheby's

OTTAWA - Le marché canadien de l'habitation est peut-être en train de ralentir, mais l'appétit pour les résidences de luxe demeure élevé, affirme Sotheby's International Realty Canada.

Dans un rapport rendu public mardi, l'agence immobilière indique que les ventes de résidences de plus de 1 million $ ont grimpé au cours de la première moitié de 2014, ajoutant que les quatre principales régions métropolitaines couvertes — Vancouver, Calgary, Toronto et Montréal — ont toutes enregistré une hausse de plus de 10 pour cent.

Vancouver et Toronto ont continué de dominer, les ventes d'habitations d'une valeur de 1 million $ et plus y ayant augmenté de 34 pour cent comparativement aux six premiers mois de 2013. Venaient ensuite Calgary, avec une hausse de 11 pour cent, et Montréal, avec un gain de 11 pour cent, même si dans l'ensemble, les ventes de résidences ont diminué l'an dernier dans la métropole québécoise.

Compte tenu du solide contexte économique canadien, de la hausse de la confiance des consommateurs et des faibles taux d'intérêt, tous les marchés devraient progresser durant la deuxième moitié de cette année, prévoit Sotheby's.

L'agence s'attend également à ce que la demande internationale pour l'immobilier haut de gamme demeure solide en dépit du retrait par Ottawa de son programme d'immigration des investisseurs.

Selon Sotheby's, les ventes de résidences de luxe ont été solides dans toutes les catégories, des maisons unifamiliales aux habitations contiguës et aux copropriétés, lors des six premiers mois de 2014.

Malgré les préoccupations entourant la bulle du marché des copropriétés à Toronto et Vancouver, l'agence immobilière affirme n'avoir décelé aucun signe de ralentissement jusqu'à présent cette année, les ventes de copropriétés ayant augmenté de 53 pour cent et 37 pour cent dans ces marchés, respectivement.

La demande a été si élevée à Toronto que 36 pour cent des copropriétés inscrites entre 1 million $ et 2 millions $ ont été vendues à un prix supérieur à celui demandé, 41 pour cent de celles inscrites entre 2 millions $ et 4 millions $ ont trouvé preneur à un prix plus élevé, et toutes celles inscrites à plus de 4 millions $ ont été vendues à un prix supérieur.

Au total, environ 6400 résidences ont été vendues à un prix de plus de 1 millions à Vancouver, Calgary, Toronto et Montréal au cours des six premiers mois de l'année, dont quelque 275 à plus de 4 millions $.

La résidence la plus chère mentionnée dans le rapport de Sotheby's était située à Vancouver et elle était inscrite à 15 millions $.

Le marché immobilier canadien a lentement débuté l'année, en partie à cause d'un hiver particulièrement rigoureux, mais les ventes ont repris à mesure que s'amélioraient les conditions météorologiques, de sorte qu'elles ont enregistré une solide hausse de 5,9 pour cent en mai, par rapport à la même période il y a un an, selon l'Association canadienne de l'immeuble.

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.