Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Inde: face au Rafale, Londres vante les atouts de l'Eurofighter

Le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a vanté les atouts de l'avion de chasse Eurofighter mardi lors d'une rencontre avec son homologue indienne, en dépit des négociations exclusives menées par Dassault avec New Delhi depuis 2012.

Dassault est entré en négociations exclusives avec le gouvernement indien en janvier 2012 pour la vente de 126 Rafale pour environ 12 milliards d'euros mais ces négociations ne se sont pas encore concrétisées. L'offre d'Eurofighter, plus chère, avait été rejetée.

"Il y a des négociations exclusives comme vous le savez. Bien sûr, nous avons toujours crû fortement dans les atouts de l'Eurofighter et son potentiel", a dit le ministre britannique aux journalistes dans la capitale indienne, précisant que le sujet avait été évoqué avec son homologue Sushma Swaraj.

"Il est toujours disponible pour les pays qui sont en mesure et désireux de l'acheter", a-t-il ajouté.

Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, en visite à New Delhi fin juin, avait déclaré de son côté être "plutôt confiant dans l'évolution rapide" de ce dossier car "nous pouvons développer un large partenariat dans le domaine de la défense" avec l'Inde.

De son côté, le porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères a confirmé que le sujet du contrat de l'avion de combat avait été évoqué par le ministre britannique.

"Le ministre britannique des Affaires étrangères a fait état des avantages technologiques de leur produit" lors de son entretien avec son homologue, a dit Syed Akbaruddin, en réponse à une question d'un journaliste sur ce sujet.

Le nouveau Premier ministre indien Narendra Modi, large vainqueur des législatives en mai, est largement courtisé par les gouvernements occidentaux pour ses projets visant à ouvrir l'économie indienne et stimuler la croissance économique, qui suscitent de grands espoirs chez les investisseurs étrangers.

Le contrat complexe du Rafale d'environ 12 milliards de dollars (9 milliards d'euros), implique un partage de la technologie et de la production de la plupart des avions en Inde.

De son côté, le ministre des Finances britannique George Osborne, qui accompagne William Hague dans ce déplacement en Inde, a annoncé qu'il proposait une ligne de crédit d'un milliard de livres au gouvernement indien pour des projets d'infrastructures.

"C'est un engagement très substantiel pour le programme d'investissement du nouveau gouvernement" indien, a-t-il dit aux journalistes.

Lundi, le ministre des Finances britannique a officialisé un contrat de 250 millions de livres du groupe européen MBDA pour la fourniture de missiles air-air à l'armée indienne qui, a-t-il dit, créera des "centaines d'emplois" en Grande-Bretagne.

Plusieurs délégations ministérielles de grands pays, dont la Chine, la Russie ou la France, ont récemment rendu visite au nouveau gouvernement indien, anticipant en particulier une plus grande ouverture du marché indien aux investissements étrangers.

adp-ef/bir

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.