Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Afrique du Sud: les métallos consultés sur une levée de la grève

Le syndicat sud-africain de la métallurgie Numsa, qui bloque plus de 10.000 entreprises depuis huit jours, a dit avoir entrepris mardi de consulter sa base pour décider si la dernière proposition salariale patronale est suffisante pour mettre fin à sa grève.

A l'issue de nouveaux pourparlers facilités par le ministère du Travail avec le patronat de l'acier et des industries mécaniques (Seifsa), l'équipe de négociation de Numsa a lancé un processus de consultation et de vote, passant par des réunions au niveau régional suivi d'un compte-rendu aux instances nationales prévu mercredi à 18H00 (16H00 GMT).

"Ces réunions sont destinées à informer les membres en grève de Numsa des dernières offres de la Seifsa et d'obtenir des mandats sur une résolution du conflit", selon un communiqué.

D'intenses tractations s'étaient déroulées lundi autour du ministère du Travail, selon lequel les parties étaient proches d'un accord salarial, bien que d'autres sujets de divergences restent à régler.

Le porte-parole du ministère, Mokgadi Pela, s'est déclaré "très optimiste". "Nous sommes très confiants, un accord est à portée de main", a-t-il dit à l'AFP.

Les discussions étaient toujours en cours mardi soir, a-t-il précisé. Hormis une augmentation salariale de 15% --Numsa a toutefois fait savoir qu'il se contenterait d'une augmentation "à deux chiffres", d'au moins 10%--, le syndicat réclame un accord sur une seule année pour avoir plus de flexibilité, une hausse des allocations logement et la fin du recours à l'intérim.

Numsa dit avoir entrainé 220.000 personnes depuis le 2 juillet dans sa grève, qui affecte également de nombreuses entreprises qui se voient privées de pièces détachées, comme dans le secteur automobile.

Le mouvement, émaillé de nombreux cas de violences et d'intimidations, désespère les investisseurs, alors que l'Afrique du Sud sort de cinq mois d'une grève très dure des mineurs de platine. Le conflit a été largement rendu responsable d'une contraction du PIB de 0,6% au premier trimestre et contribué à la dégradation de la note financière du pays.

Selon de nombreux observateurs, la grève a aussi un volet politique, Numsa ayant coupé les ponts avec l'ANC au pouvoir et militant pour un virage à gauche de la politique économique nationale en faveur notamment des travailleurs les moins bien payés.

clr-liu/jlb

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.