Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

A Brooklyn, fin des poursuites pour les détenteurs d'un peu de marijuana

Le procureur de Brooklyn à New York a annoncé mardi que ses services n'allaient plus poursuivre les milliers de personnes arrêtées chaque année en possession d'un peu de marijuana.

Kenneth Thompson a fait valoir que les ressources des forces de l'ordre pouvaient être mieux utilisées.

Il a souligné que l'an dernier, plus des deux tiers des 8.500 inculpations pour possession de marijuana avaient été classées sans suite.

Cette décision ne sous-entend pas une approbation de la consommation de cannabis, a-t-il tenu à préciser dans un communiqué. Elle ne s'appliquera pas aux récidivistes, aux personnes déjà condamnées, à celles fumant en public ou en présence d'enfants, pas davantage aux moins de 18 ans.

Mais "cette nouvelle politique est une réponse raisonnable aux milliers d'arrestations pour possession de cannabis en petite quantité, qui pèsent sur le système judiciaire et exigent des ressources significatives qui pourraient être redéployées vers des crimes plus sérieux", a-t-il expliqué.

Il a également souligné que cela éviterait à de nombreux jeunes, pour la plupart de couleur, d'être condamnés avec un casier judiciaire pour ce délit non violent, avec les conséquences que cela représente en termes d'emploi, de logement et d'éducation.

"Mes services et la police de New York ont pour mission commune de protéger les gens et nous allons continuer à poursuivre ce rôle. Mais j'ai aussi le devoir d'administrer la justice, et pas seulement de condamner, et de réformer et améliorer notre système judiciaire à Brooklyn", a expliqué M. Thompson.

bd/rap

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.