NOUVELLES
07/07/2014 03:30 EDT | Actualisé 06/09/2014 05:12 EDT

Syrie: Bachar al-Assad a-t-il remis toutes ses armes chimiques à l'ONU?

La principale responsable des démarches internationales visant à débarrasser la Syrie de ses armes chimiques a indiqué lundi que la prochaine étape consistait à enquêter sur de possibles irrégularités dans les déclarations de Damas à propos de ses stocks, ainsi que sur le processus de destruction de ses installations de fabrication.

Sigrid Kaag a ainsi offert les plus récentes informations au Conseil de sécurité de l'ONU par vidéoconférence, moins d'une semaine après que les dernières tonnes d'armes chimiques déclarées par la Syrie eurent été chargées à bord d'un cargo américain dans le but de les détruire une fois en mer.

«Il y a encore plusieurs questions en suspens, y compris la destruction des installations de fabrication, des hangars, des garages, etc.», a indiqué l'ambassadeur britannique à l'ONU, Mark Lyall Grant, alors qu'il se dirigeait vers la réunion d'information.

«Il y a également la question des écarts dans la déclaration originale (des stocks), et c'est quelque chose que nous traitons avec l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), et qui sera soulevé de nouveau avec l'organisation cette semaine», a-t-il ajouté.

Selon des diplomates occidentaux, Mme Kaag, chef de la mission conjointe entre l'organisation et l'ONU, leur a indiqué que des experts de l'OIAC discutaient avec la Syrie des écarts entre les armes que le pays a reconnu posséder et ce que les preuves recueillies sur le terrain révèlent.

La Syrie a accepté de céder son arsenal d'armes chimiques l'automne dernier, lorsque les États-Unis ont menacé de lancer une attaque de missiles à la suite d'une attaque chimique commise contre une banlieue de Damas sous contrôle rebelle. L'attaque en question aurait fait plus de 1000 victimes. Il y a une semaine, les dernières 1300 tonnes d'armes syriennes ont été transportées à bord d'un navire américain. Celui-ci s'est rendu dans les eaux internationales et a entamé lundi le processus de destruction, qui prendra deux mois.

Parmi les armes remises par la Syrie, on compte du gaz moutarde et les «ingrédients» servant à fabriquer du sarin, un puissant agent neurologique. Mais des questions demeurent toujours sans réponse quant à savoir si le président syrien Bachar al-Assad cache des gaz toxiques ou attaque les rebelles au chlore — un gaz industriel toxique qui n'est pas spécifiquement classé comme arme chimique.