DIVERTISSEMENT
07/07/2014 10:24 EDT

Montréal Complètement Cirque: «Reset», la révolution technologique (CRITIQUE/PHOTOS/VIDÉO)

Reset par THROW2CATCH. Du 6 au 8 juillet. from MONTRÉAL COMPLÈTEMENT CiRQUE on Vimeo.

Alors qu’on apprenait récemment que Facebook a manipulé les émotions de ses usagers, impossible de nier l’influence grandissante, voire effrayante, de la technologie sur nos vies. Les acrobates de la troupe québécoise Throw2catch ont décidé d’explorer jusqu’où les cellulaires, les ordinateurs, les tablettes et les réseaux sociaux peuvent également avoir une incidence sur l’élaboration de leur spectacle : Reset.

Avant le début de la représentation, les spectateurs sont invités à écrire des messages sur Twitter à propos du spectacle. Assis ou couchés sur la scène, des acrobates leur répondent en direct, alors que l’un des leurs déambule dans la salle pour photographier le public.

L’utilisation des gadgets se poursuit dans un numéro où deux comparses s’amusent avec une roue Cyr en échangeant un appareil photo, afin de capturer plusieurs passages qui seront projetés en direct sur des écrans derrière eux. Par moment, on sent que les acrobates osent certaines figures plus osées pour le plaisir de la caméra… et des spectateurs qui les observent.

Ils seront suivis d’un duo de tissu aérien brouillon qui donne l’impression d’être à moitié improvisé. L’intérêt des spectateurs sera vite ravivé par un numéro de jonglerie effectué dans la pénombre, avec des quilles illuminées. Constitué de portions à deux, à trois ou à cinq, agrémenté de vol de quilles et de passages où d’autres s’ajoutent à l’attention d’un jongleur en pleine action, ce bout de spectacle est une véritable splendeur pour les yeux.

Du début à la fin, Reset est ponctué de petites merveilles et de moments incongrus peu captivants. Le numéro d’acrobaties au sol fait malheureusement partie de la deuxième catégorie. Aussi intéressant puisse-t-il sembler par moments, il est réalisé sur la portion avant de la scène, où la plupart des spectateurs manquent la moitié ou la totalité de l’action. Une vilaine erreur de mise en place.

Les circassiens reviennent en force avec la planche sautoir. Chaque fois qu’un acrobate frôle, caresse, frappe et saute sur la barre aussi souple que solide, le DJ caché à l’arrière-scène fait résonner des bruits et des extraits musicaux. Techniquement relevé, le numéro est exécuté avec grâce, élégance, puissance et maîtrise.

Par la suite, les photos prises avant le début de la représentation serviront à choisir un spectateur VIP, qui aura la chance de visiter les coulisses et d’assister à quelques numéros sur scène : façon sympathique de représenter le désir de se démarquer des autres sur les médias sociaux.

La place qu’il a laissée vacante sera occupée par deux équilibristes, dont le numéro est lui aussi filmé et projeté sur un écran. Instinctivement, on préfère regarder leurs prouesses en corps à corps dans la réalité, plutôt que de visionner leurs mouvements en vidéo. Quand ils se déplacent sur scène, on apprécie toutefois l’effet décuplé de leurs mouvements et la possibilité d’accéder à différents angles de leur émouvant numéro.

Dans une portion peu stimulante, You Tube est mis à l’honneur, alors que les circassiens se fascinent pour des vidéos de culturistes, de boucher, de tricot et une infopub bas de gamme. La baisse de régime se poursuit avec un sondage où TOUS les membres du public sont invités à voter sur une tablette pour choisir le genre musical (opéra, country, heavy métal) qu’ils veulent entendre dans le numéro suivant. Un peu trop longuet, le procédé est heureusement suivi d’une magnifique portion de cerceau aérien.

Afin de bien conclure le spectacle, les cinq acrobates s’obstinent sur le choix de la dernière chanson, chacun armé d’un ordinateur et de goûts forts différents. Ils exécutent finalement un numéro de bascule sur l’envoûtante Recknoning song (One day) d’Asaf Avida. Splendide finale!

Comparé aux pièces de théâtre iShow et Cinq visages pour Camille Brunelle, qui abordaient la question technologique avec un brio incomparable, tant sur la forme que sur le fond, Reset n’a pas du tout la même puissance. La production est davantage une suite de clins d’œil où la technologie est introduite aux numéros, plutôt qu’une réflexion porteuse de sens sur sa place dans nos vies. Les spectateurs ont parfois l’impression que l’œuvre n’a pas été suffisamment réfléchie et répétée avant d’être jouée devant public.

N’empêche, il y a suffisamment de magie et de potentiel dans cette création pour que les amateurs en gardent un souvenir très positif et qu’ils souhaitent revoir à l’œuvre les artisans de Throw2catch.

Reset sera présenté du 6 au 8 juillet 2014 à l’Espace Go. Cliquez ici pour plus de détails.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo «Reset» : la révolution technologique des arts du cirque Voyez les images