DIVERTISSEMENT
07/07/2014 11:59 EDT

Patrick Senécal veut adapter au cinéma son roman «Contre Dieu»

Ismaël Houdassine

L’auteur québécois Patrick Senécal veut depuis longtemps réaliser un premier long métrage. Il souhaite d'ailleurs adapter au cinéma son roman noir Contre Dieu, a appris le Huffington Post Québec.

«C’est encore trop tôt, mais les membres de la boîte de production Go Film m’ont approché pour me dire qu’ils étaient intéressés au projet, a déclaré Senécal en entrevue. J’ai toujours eu l’envie de me lancer dans la réalisation d’un film et je crois qu’avec mon livre Contre Dieu, l’occasion est parfaite.»

Déjà derrière la production de deux longs métrages issus des œuvres littéraires de l’écrivain (Les 7 jours du talion et Sur le seuil), Go Films qui possède les droits d’adaptation du roman n’attend que le feu vert de l’auteur.

«Ils m’ont dit de leur faire signe dès que je serai prêt à me lancer. À ce stade, aucune date de tournage n’est encore prévue bien sûr, mais une chose est certaine : je vais écrire le scénario et signer la réalisation.»

Même s'il s'agirait d'un premier long-métrage, l’écrivain de 46 ans tient à rappeler quelques expériences dans la réalisation. «J’ai écrit des scénarios. Je suis allé sur de nombreux plateaux de tournage. J’ai aussi réalisé deux épisodes d’une série web qui m’a appris beaucoup de choses. Je pense que je me trouve à une étape normale dans le processus. Le temps est maintenant venu de prendre la caméra.»

Des proches ou des collègues l’ont d’ailleurs conseillé à franchir le pas. «Des acteurs et des techniciens m’ont dit que j’étais à ma place. Le réalisateur Podz avec qui j’ai travaillé sur la scénarisation du film Les 7 jours du talion m’a aussi beaucoup encouragé. Je pense que je pourrais me débrouiller.»

Selon Senécal, le livre Contre Dieu est le bouquin idéal pour inaugurer son incursion dans le septième art. «Comme première réalisation de long métrage, c’est très raisonnable. Le récit moins spectaculaire et violent que mes autres romans se concentre essentiellement sur deux personnages. Malgré plusieurs lieux de tournage, le tout se fera sans grand déploiement.»

Un film personnel

Au-delà des aspects techniques, de passer de l'écriture à la caméra représente un cheminement personnel. «J’ai écrit ce roman en 2010 à partir d’une peur réelle. Sans rentrer dans les détails, j’avais à l’époque des amis qui ont traversé des épreuves difficiles qui m’ont fait réaliser la fragilité de nos existences. J’ai alors imaginé un personnage autodestructeur qui refuse la fatalité en décidant après un stupide accident d’auto de se mettre en guerre contre la vie. Il sème le chaos, car il est convaincu que sa vie ne mène à rien.»

Si l’on en croit l’auteur, Contre Dieu sera un film avec peu de dialogue et beaucoup d’ambiance. «Je le vois avec une atmosphère lourde constituée de longs plans. Dans le roman y a une voix intérieure pleine de supériorité qui ordonne au personnage principal ce qu’il faut faire. Je veux exprimer cette idée par une caméra distante qui ne s’implique jamais réellement avec une trame sonore bien travaillée.»

Nourri par la cinématographie asiatique - en particulier les productions coréennes de Park Chan-wook - l’auteur voudrait réaliser un film aux multiples influences qui vont de Stanley Kubrick à David Lynch. «Sans vouloir me comparer à ces grands cinéastes, j’ai vraiment envie de m’inspirer de leur travail par exemple avec les silences. Je les veux chargés de tensions dramatiques pour insuffler à l’œuvre une ambiance cauchemardesque.»

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Les films québécois de l'été 2014 Voyez les images