NOUVELLES
07/07/2014 05:55 EDT | Actualisé 06/09/2014 05:12 EDT

NFL - L'accord d'indemnisation des joueurs retraités approuvé par la justice

La justice américaine a approuvé lundi l'accord qui prévoit le versement par la Ligue nationale de football américain (NFL) de 675 millions de dollars en dédommagements à plus de 4000 anciens joueurs, blessés, malades ou craignant pour leur santé.

L'accord présenté par la NFL en août 2013, a été approuvé par le tribunal fédéral de Philadelphie.

Il prévoit la mise en place d'une enveloppe globale de 870 millions de dollars, dont 675 millions pour payer les indemnités des joueurs retraités, blessés sur le terrain et souffrant de pathologies allant de la maladie d'Alzheimer à la maladie neurodégénérative de Charcot.

La NFL s'est également engagé à verser 75 millions de dollars pour réaliser des analyses médicales pour les anciens joueurs, 10 millions pour la recherche médicale et 112 millions de dollars pour les frais d'avocats des joueurs.

La NFL s'est engagée à dédommager lors des 65 années à venir les anciens joueurs qui souffrent de maladies neurologiques, et/ou leur famille, en raison des chocs répétés tête contre tête lors de leur carrière.

Quelque 4500 anciens joueurs avaient saisi la justice pour réclamer des dédommagement de la NFL qu'ils accusaient de ne pas les avoir protégés.

"C'est un accord extraordinaire pour les joueurs de NFL qui ont pris leur retraite et leurs familles, pour ceux qui souffrent de maladies neuro-cognitives et pour ceux qui sont en bonne santé mais qui redoutent de développer de telles maladies dans le futur", ont indiqué les avocats des anciens joueurs, Me Sol Weiss et Christopher Seeger.

Toutefois, plusieurs joueurs ont depuis lancé une autre procédure contre la NFL, estimant le montant de l'enveloppe consacrée à l'indemnisation trop bas.

Les joueurs blessés, mais aussi une partie du corps médical, accusent la puissante NFL d'avoir trop longtemps ignoré le problème de ces blessures à la tête, dont on sait aujourd'hui que, répétées à l'échelle d'une carrière, elles entraîneraient de graves dommages du cerveau pouvant mener à des troubles cognitifs, sensoriels, du sommeil, à la dépression voire à la mort.

Le débat avait pris un tour politique début 2013, lorsque le président Barack Obama avait estimé que les amateurs de football américain devaient accepter que les règles de ce sport changent pour réduire la violence des chocs entre joueurs.

jr/el