NOUVELLES
07/07/2014 08:50 EDT | Actualisé 06/09/2014 05:12 EDT

Le pape demande pardon à des victimes de sévices sexuels lors d'une messe

CITÉ DU VATICAN, État de la Cité du Vatican - Alors qu'il rencontrait pour la première fois des victimes de sévices sexuels commis par des membres du clergé, le pape François y est allé d'une sortie longuement attendue.

Selon le Vatican, il a exprimé de la «tristesse» en lien avec ces gestes, les qualifiant de «péchés et de crimes graves».

Le Saint-Père a fait ces commentaires lors d'une homélie prononcée dans le cadre d'une messe privée célébrée lundi en compagnie de six victimes.

Il en a également profité pour leur dire qu'il «implorait leur pardon» au nom des dirigeants de l'Église qui n'ont pas su «répondre adéquatement» à leurs plaintes.

Le pape s'est aussi engagé à obliger les évêques à se montrer imputables en matière de protection des mineurs. Il n'a cependant pas précisé si certains responsables religieux pourraient être démis de leurs fonctions pour avoir systématiquement permis les mutations de prêtres pédophiles afin d'éviter qu'ils ne soient traduits en justice et que l'image de l'Église ne soit ternie.

Des groupes de défense des victimes exercent des pressions sur le Vatican depuis belle lurette pour que les fautifs et leurs complices au sein de la hiérarchie catholique soient punis.

L'Irlandaise Marie Kane, qui fait partie du groupe ayant rencontré le pape, a indiqué lui avoir demandé de chasser le cardinal Sean Brady en raison de la façon dont il a géré les allégations de sévices sexuels. La femme de 43 ans a confié au souverain pontife que des efforts sont toujours faits pour étouffer l'affaire, tout en lui disant qu'il a le pouvoir de provoquer des changements. Elle a ajouté que son célèbre interlocuteur lui aurait répondu que «c'était difficile» de favoriser de pareilles modifications.

Par le passé, le pape lui-même a été écorché en raison de l'attitude qu'il avait adoptée à l'époque où il était archevêque de Buenos Aires. Il a entre autres dû essuyer des critiques pour avoir refusé de rencontrer des victimes.

Malgré les propos qu'il vient de tenir, le Saint-Père n'est pas parvenu à totalement renverser la vapeur. Plusieurs victimes lui ont reproché de s'être seulement prêté à un exercice de relations publiques.