NOUVELLES
07/07/2014 12:24 EDT | Actualisé 06/09/2014 05:12 EDT

Changements en vue dans l'appareil financier au Vatican, vers un Français à l'IOR

Des changements importants devraient être annoncés cette semaine dans l'appareil économico-financier du Vatican, avec l'arrivée d'un Français à la tête de l'Institut des oeuvres de religion (IOR, banque du pape), a-t-on appris lundi de sources informées.

Ces réformes se font conformément à la volonté du pape François qui a créé au printemps un secrétariat (ministère) de l'Economie, dirigé par le cardinal australien George Pell, et qui regroupera toutes les activités économico-financières sous son autorité.

Les structures vieillottes et souvent opaques du petit Etat doivent être largement modifiées, alors que, selon l'hebdomadaire l'Espresso, le bilan 2013 de l'IOR devrait voir ses profits réduits comme peau de chagrin, de 86 millions d'euros pour 2012 à 2,8 millions pour 2013.

Une perte sèche de 15 millions d'euros, révélée récemment, a contribué à cette réduction. Le cardinal Tarcisio Bertone, secrétaire d'Etat de Benoît XVI, a été mis en cause par la presse italienne pour avoir favorisé une opération hasardeuse au profit d'un producteur de télévision ami.

Selon le quotidien français La Croix, le financier Jean-Baptiste de Franssu, un des membres de la commission nommée par le pape en août 2013 pour revoir les structures économiques et financières du petit Etat, a été pressenti pour prendre la tête de l'IOR et a accepté. Il joue déjà un rôle dynamique dans le Conseil de l'économie du Vatican.

Il devrait remplacer à la tête de l'IOR l'industriel allemand Ernst von Freyberg, qui avait été nommé par Benoît XVI peu avant sa démission.

Jean-Baptiste de Franssu dirige un cabinet de conseil en fusions-acquisitions et stratégie établi à Bruxelles. Il soutient aussi une ONG très catholique, l'Alliance mondiale de la jeunesse, qui défend la famille traditionnelle.

M. von Freyberg est crédité de l'engagement d'une entreprise de consultants, Promontory, pour éplucher les 19.000 comptes de l'IOR: une entreprise de longue haleine qui a déjà conduit à la fermeture de 1.400 d'entre eux. Il a aussi imposé depuis deux ans la publication d'un rapport annuel.

Le cardinal Pell devrait exposer ces changements mercredi lors d'une conférence de presse.

jlv/ob/ml