NOUVELLES
05/07/2014 01:24 EDT | Actualisé 04/09/2014 05:12 EDT

Tour de France - 1re étape: déclarations

Bryan Coquard (FRA/Europcar), 4e de l'étape: "Je suis content et déçu à la fois. L'arrivée me convenait, les routes étaient larges, avec un faux plat montant, que demander de mieux ! Je suis content. Je tiens à remercier toute l'équipe. Même si on n'a pas la capacité à mettre un train en place, ils sont dans le peloton, ils se battent pour me placer. Ca ne l'a pas fait mais ça va le faire. A 250 mètres de l'arrivée, j'étais dans la roue de Gerrans, j'ai décidé de lancer, les jambes étaient bonnes, j'arrivais avec beaucoup de vitesse. Pendant une fraction de seconde, je me suis dit: +Je vais gagner+. Je pense que Gerrans a voulu lancer au même moment et je pense que nous avons accroché les guidons. Du moment où l'on s'est accroché, c'était terminé. J'apprécie ses sprints +en injection+ et en faux plat montant, mais bon il y a en aura d'autres ! Quatrième, c'est pas mal. Ca lance l'équipe dans une bonne dynamique. C'était stressant, mentalement difficile, il a fallu frotter beaucoup, ça nous remet à notre place !

Chris Froome (GBR/Sky), 6e de l'étape: "Tout le monde savait que ça allait se finir avec un sprint massif. C'est vraiment dommage pour Cav, ça aurait été bien d'avoir une victoire britannique mais c'est la course. Je me sens bien. Aujourd'hui (samedi), il fallait surtout éviter les ennuis jusqu'à l'arrivée. Les gars ont fait un bon boulot pour me mettre hors de danger. Demain (dimanche) sera une étape vraiment dure. La foule dans les montées était vraiment impressionnante. A certains endroits, on avait qu'1,50 m de chaussée pour rouler. Je pense que ce sera pareil demain (dimanche)."

Bauke Mollema (NED/Belkin), 21e de l'étape: "Les routes étaient étroites et les descentes dangereuses, avec une vitesse élevée, mais je ne me suis pas retrouvé en difficulté. J'avais de bonnes jambes. On aurait dit qu'on roulait sur les Champs-Elysées toute la journée, il y avait des gens tout le long du parcours, parfois sur deux ou trois rangées !"

Alberto Contador (ESP/Tinkoff), 22e de l'étape: "Franchir l'arrivée sans encombre sur une étape comme ça c'est presque comme une victoire. L'équipe a été vraiment bien et c'est ce qui est important dans des jours comme ça. Il faut être devant, concentré tout le temps pour rester ensemble. Le danger n'est pas qu'à l'arrivée mais sur toute l'étape avec des routes étroites et très raides, peut-être plus qu'ailleurs en Europe. Mes sensation étaient bonnes, mais il faudra les confirmer en montagne."

Arnaud Démare (FRA/FDJ.fr), 61e: "Je suis surtout déçu de ne pas avoir pu m'exprimer sur cette arrivée. Je n'ai pas du tout sprinté alors que j'étais bien calé, que je me sentais bien et que je n'attendais que de pouvoir lancer mon effort. C'est une arrivée qui aurait pu me convenir. Mais je n'ai vraiment pas vu venir cette chute ! J'ai trouvé cette étape très difficile. Ca a roulé fort toute la journée, avec pas mal de vent... Je ne pensais pas que ce serait usant à ce point. De cette première sur le Tour, je retiens surtout cette foule incroyable. C'était impressionnant, presque dangereux parfois mais j'imagine que ça fait partie du Tour de France."

sva-jm/gca