NOUVELLES
05/07/2014 05:07 EDT | Actualisé 03/09/2014 05:12 EDT

Nouvelles roquettes de Gaza, heurts dans des localités arabes israéliennes

Deux nouvelles roquettes ont été tirées samedi depuis la bande de Gaza sur le sud d'Israël, a annoncé l'armée israélienne, la situation restant tendue à la frontière après une semaine marquée par des salves de roquettes palestiniennes suivies de raids de représailles.

Par ailleurs, les heurts qui ont émaillé les funérailles vendredi d'un jeune Palestinien assassiné se sont étendus en soirée à des villes arabes israéliennes et continuaient sporadiquement samedi, alors que les résultats de l'autopsie devraient être connus dans la journée.

Selon une porte-parole militaire israélienne, les deux roquettes tirées samedi depuis la bande de Gaza sont tombées dans un terrain vague sans faire de dégâts.

Quatorze projectiles avaient été tirés la veille de Gaza vers le sud d'Israël. L'un d'eux est retombé sur le territoire palestinien tandis que trois autres ont été interceptés par le système de défense antimissile Iron Dome, selon l'armée.

Israël a mis en garde jeudi le Hamas, qui contrôle l'enclave palestinienne sur le plan sécuritaire, contre toute escalade de violence, dépêchant des renforts près de Gaza.

Un responsable du mouvement islamiste a toutefois annoncé vendredi que l'Egypte était engagée dans une médiation pour mettre fin à l'escalade entre Israël et le Hamas.

"L'Egypte continue ses efforts pour que le calme revienne dans la bande de Gaza, mais aucun accord n'a été encore conclu", a indiqué à l'AFP un responsable du Hamas, sous le couvert de l'anonymat.

Un autre cadre du mouvement, Bassem Naïm, a assuré à l'AFP que le Hamas "n'a aucun intérêt à une escalade ou une guerre à Gaza". "Mais en même temps, il n'est pas possible de rester silencieux sur l'agression (israélienne) qui continue contre Gaza et la Cisjordanie."

L'Egypte, frontalière d'Israël et de la bande de Gaza, est le premier pays arabe à avoir signé un traité de paix avec Israël en 1979, et a dans le passé joué un rôle d'intermédiaire entre l'Etat hébreu et le Hamas.

Par ailleurs, la police israélienne a fait état de heurts dans trois localités arabes israéliennes du centre et du nord-est du pays vendredi soir, quelques heures après les funérailles à Jérusalem-Est, émaillées de violences, d'un jeune Palestinien assassiné.

La police a dispersé des manifestants à Taibe, Jaljulia et Kalansua, selon la radio publique.

Des heurts sporadiques se poursuivaient samedi à Kalansua, et la route menant à la ville a été fermée, a annoncé la police, précisant qu'une dizaine d'Arabes israéliens avaient été arrêtés à l'issue des violences nocturnes.

Des milliers d'habitants de Jérusalem-Est ont participé vendredi aux funérailles de Mohammad Abou Khdeir, jeune Palestinien enlevé mardi soir près de chez lui. Son cadavre --entièrement brûlé selon l'avocat de la famille-- avait été retrouvé quelques heures plus tard près d'une forêt dans la partie ouest de la ville.

Les médias ont évoqué un acte de vengeance après la découverte lundi des corps de trois étudiants israéliens enlevés le 12 juin dans le sud de la Cisjordanie.

jjm/hj/emb