NOUVELLES
05/07/2014 10:13 EDT | Actualisé 04/09/2014 05:12 EDT

Mondial-2014: la presse brésilienne appelle la Seleçao à "jouer pour Neymar"

La presse brésilienne a exhorté samedi la sélection nationale à "jouer pour Neymar", tout en s'interrogeant sur ses chances de remporter "sa" Coupe du monde sans sa star blessée au dos lors du quart de finale de vendredi.

La plupart des Unes des journaux brésiliens montrent samedi matin un Neymar gisant en larmes sur la pelouse de Fortaleza, après avoir été victime d'un coup de genou dans le dos du défenseur colombien Juan Camilo Zuniga à quelques instants du coup de sifflet final (2-1 pour le Brésil).

L'attaquant vedette souffre d'une fracture d'une vertèbre et son Mondial est terminé.

"Maudit Colombien!", titre notamment le supplément sports du quotidien O Dia, avec dans un coin la mascotte Fuleco en pleurs. De même le "genou criminel" du Colombien est fustigé par le journal.

D'autres pointent du doigt l'arbitrage de l'Espagnol Carlos Velasco Carballo, affirmant qu'il a été trop conciliant pendant le match malgré plusieurs tacles appuyés qui auraient valu des cartons des deux côtés.

Mais l'heure est surtout à s'interroger sur les chances du Brésil face à l'Allemagne en demi-finales, alors que la Seleçao sera privée de Neymar et de son capitaine Thiago Silva. Le précieux défenseur central sera suspendu après deux cartons jaunes.

"Jouez pour lui", titre le quotidien sportif Lance. "Neymar ne reviendra pas sur le terrain, mais l'énergie d'une star ne quitte jamais l'équipe. Désormais, plus que jamais, nos combattants vont tout donner pour rapporter le trophée à leur numéro 10".

"Nous allons gagner sans lui... et pour lui", abonde O Dia, alors que son journaliste Vitor Machado écrit que "le Brésil pleure la perte de Neymar".

Pour Antero Greco, éditorialiste d'O Estado de Sao Paulo, Zuniga "a commis un crime de lèse majesté nationale".

"Un choc pour le Brésil", commente de son côté O Globo, dont le journaliste Renato Mauricio Prado s'interroge: "Le Brésil est en demi-finales mais peut-on rêver sans Neymar?".

Il rappelle toutefois qu'en 1962, le Brésil était parvenu à remporter la Coupe du monde au Chili alors que Pelé était blessé. "Il y a de la vie dans l'équipe, même sans lui".

lth/ag/dhe