NOUVELLES
05/07/2014 05:12 EDT | Actualisé 04/09/2014 05:12 EDT

Ligue de diamant/Paris: Kiprop et Parchment brillent, les Français à l'unisson

Le Kényan Asbel Kiprop a préparé sa tentative de record du monde du 1500 m, programmée le 18 juillet à Monaco, avec la meilleure performance mondiale (MPM) de la saison au 800 m (1:43.34), lors de la réunion de Paris-Saint-Denis samedi.

Des quatre autres MPM établies au stade de France, pour la 8e étape de la Ligue de diamant, la plus probante a été signée néanmoins par le Jamaïquain Hansle Parchment, auteur de 12 sec 94/100e au 110 m haies.

Il s'agit rien de moins que de la 10e meilleure performance de l'histoire, qui propulse le médaillé de bronze des JO de Londres dans une autre dimension. C'est 11/100e de mieux que son ancien record et sa première fois sous les 13 secondes.

"La clé, c'était le départ. Mais je dois avouer que je ne pensais pas courir si vite", s'est exclamé Parchment, surprenant médaillé d'argent aux JO.

Sur les haies hautes au féminin, l'Américaine Dawn Harper a également affolé le chrono en 12 sec 44.

Le Kényan Edwin Cheruiyot Soi, au 5000 m (12:59.82), et la jeune Néerlandaise Sifan Hassan, sur 1500 m (3:57.00), ont également rafraîchi les records saisonniers. Hassan est originaire des hauts-plateaux africains, d'Ethiopie en l'occurrence.

"Je suis d'autant plus content que je n'étais pas préparée pour ce genre de course", a expliqué Kiprop, champion olympique du 1500 m en 2008 et deux fois en or aux Mondiaux sur la même distance.

- Foulée interminable -

De sa foulée sèche et interminable, Kiprop, 25 ans, a placé son attaque aux 600 mètres pour se dégager du peloton et ensuite régler au sprint le vice-champion olympique du 800 m Nigel Amos, du Botswana.

"Maintenant, je sais que je me suis bien entraîné ces deux dernières semaines en vue de Monaco", a-t-il ajouté. Dans la Principauté, avec l'aide de deux +lièvres+, il tentera d'effacer la prestigieuse marque du Marocain Hicham El Guerrouj (3:26.00), qui remonte au 14 juillet 1998 à Rome. Une autre histoire.

"La clé, c'était le départ. Mais je dois avouer que je ne pensais pas courir si vite", s'est exclamé Parchment, surprenant médaillé d'argent aux JO.

A la lutte avec Parchment, le Français Pascal Martinot-Lagarde a percuté la 7e haie, signant néanmoins un nouveau record personnel (13.05), deux jours après sa victoire à Lausanne en 13 sec 06.

Perdant magnifique, Martinot-Lagarde a participé à la fête française. Trois succès "tricolores" ont égayé la soirée: inattendu pour Benjamin Compaoré au triple saut (17,12 m), à l'énergie au saut en longueur (6,92 m) pour la championne du monde en salle Eloyse Lesueur, escompté pour le perchiste Renaud Lavillenie (5,70 m).

- Lavillenie d'un saut -

Il a suffi d'un seul saut, son premier à 5,70 m, pour que Lavillenie poursuive sa série d'invincibilité. Ensuite, il a échoué par trois fois à 5,83 m, gêné par le vent tournant à l'intérieur du stade. "Le vent était un peu irrégulier, c'est pour ça que j'attends longtemps sur ma dernière tentative. Ce soir, j'ai fait le minimum syndical, mais c'est ma 6e victoire d'affilée au Stade de France et c'est toujours un grand moment", a déclaré le détenteur du record planétaire (6,16 m en salle). Qui a déjà mis au coffre une 5e Ligue de diamant consécutive.

Quatrième du 800 m, Pierre-Ambroise Bosse a pour sa part arboré le maillot de l'équipe de France de football.

Blanka Vlasic, elle, revient d'une longue blessure. Son bonheur n'en était que plus grand d'avoir renoué avec la victoire et les 2,00 m. A cette hauteur, la Croate a devancé aux essais la nouvelle étoile de l'école russe, Mariya Kuchina.

asc/dac