Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Québec, qui a fermé ses portes en 2021.

Egypte: le gouvernement augmente fortement l'essence en réduisant ses coûteuses subventions

Le gouvernement égyptien, qui tente de juguler le déficit en réduisant ses coûteuses subventions, a drastiquement augmenté le prix de l'essence vendredi, une décision impopulaire qui pourrait constituer le premier défi du président récemment élu Abdel Fattah al-Sissi.

Dans un pays où les crises à répétition depuis la révolte populaire du début 2011 ont fait fuir touristes et investisseurs et mis l'économie à genoux, les gouvernements successifs ont appelé à supprimer les subventions sur l'essence, actuellement vendue à l'un des prix les plus bas du monde.

Mais, redoutant une fronde populaire, aucun n'a mis en place cette mesure, que le président élu en mai, l'ex-chef de l'armée Abdel Fattah al-Sissi, s'est engagé à appliquer, assurant ne pas s'inquiéter de son impopularité.

Le décret gouvernemental publié vendredi soir --et qui a pris effet à minuit-- a fait passer le prix du litre d'essence à indice d'octane 92 de 1,85 livre égyptienne (0, euros) à 2,6 livres, celui d'indice 80 de 0,9 livre à 1,6 livre, tandis que le prix du litre de diesel est passé de 1,1 livre à 1,8 livre, selon l'agence officielle Mena.

L'Etat consacre plus de 30% de son budget aux subventions sur l'essence et les produits alimentaires, dans un pays où près de 40% de la population --quelque 34 millions de personnes-- vit en dessous ou tout juste au-dessus du seuil de pauvreté (2 dollars), selon le gouvernement.

Le Premier ministre Ibrahim Mahlab a appelé les Egyptiens à "comprendre les défis actuels et à soutenir le gouvernement", promettant que les augmentations ne toucheraient pas les denrées alimentaires, selon le quotidien gouvernemental Al-Ahram.

M. Mahlab avait estimé en mai que les subventions sur les hydrocarbures coûtaient à l'Etat 16 milliards d'euros par an, contre 6,5 milliards d'euros pour le budget de l'Education ou celui de la Santé.

M. Sissi, qui a destitué il y a un an le président islamiste Mohamed Morsi, a mené campagne lors de la présidentielle qu'il a remportée avec 97% des voix en mai pour des mesures d'austérité, appelant les Egyptiens à faire des sacrifices pour redresser l'économie, qui surnage actuellement grâce aux aides du Golfe.

Dans un récent discours, M. Sissi a lancé l'idée de donner "la moitié de son salaire et de ses biens à l'Egypte", appelant ses compatriotes à faire de même. Il a également exhorté les Egyptiens à circuler à vélo ou à pied pour économiser sur l'essence.

Le gouvernement a également approuvé une augmentation des impôts et annoncé que le prix de l'électricité augmenterait graduellement sur cinq ans.

se/sbh/hj

Envoyer une correction
Cet article fait partie des archives en ligne du HuffPost Canada, qui ont fermé en 2021. Si vous avez des questions ou des préoccupations, veuillez consulter notre FAQ ou contacter support@huffpost.com.