NOUVELLES
03/07/2014 02:28 EDT | Actualisé 02/09/2014 05:12 EDT

Tennis à Wimbledon : les médias canadiens s'enflamment pour Eugénie Bouchard et Milos Raonic

ASSOCIATED PRESS
Eugenie Bouchard of Canada gestures before serving to Angelique Kerber of Germany during their women's singles quarterfinal match at the All England Lawn Tennis Championships in Wimbledon, London, Wednesday, July 2, 2014. (AP Photo/Ben Curtis)

Les média canadiens s'enflammaient jeudi avec la présence inédite de deux joueurs à la feuille d'érable en demi-finale d'un tournoi du Grand Chelem, du jamais vu mettant en lumière le nouveau visage du tennis canadien.

La Montréalaise Eugénie Bouchard, 13e joueuse mondiale et à peine 20 ans, qui disputait jeudi à Wimbledon sa troisième demie-finale d'affilée en Grand Chelem après Melbourne et Roland-Garros, contre la Roumaine Simona Halep, s'est même qualifiée pour la finale, en deux sets secs (7-6 (7/5), 6-2). Devenant au passage la première Canadienne, tous sexes confondus, en finale d'un tournoi WTA.

Pour le quotidien montréalais La Presse, qui jugeait «impériale» sa performance à Londres, avant même sa qualification en finale, «son style offensif et ses nerfs d'acier (font) d'elle une sérieuse prétendante au titre».

Côté hommes, la machine à aces Milos Raonic (N.9, 23 ans) se frottera vendredi au Suisse Roger Federer, qui dispute sa 9e demi-finale sur le gazon anglais.

Les deux jeunes surdoués de la balle jaune, Bouchard et Raonic, «écrivent l'histoire du tennis canadien», jubile le Toronto Star.

Pays jusqu'ici habitué à jouer les figurants au tennis, le Canada n'avait eu jusqu'ici qu'une seule joueuse en demi-finale d'un Grand Chelem, il y a 30 ans. Quant à Raonic, il est le premier Canadien à atteindre le dernier carré d'un tournoi majeur depuis 1923.

«Le tennis canadien évolue désormais dans des eaux inexplorées», se félicite le National Post, selon qui lorsque Bouchard et Raonic retourneront sur les courts canadiens en août, pour la coupe Rogers, «ils se rendront compte à quel point ils sont en train de changer le visage du tennis canadien».

«Qui aurait dit ça il y a cinq ans? Voire l'an dernier?», se demande le Journal de Montréal (JdeM).

Bouchard et Raonic «sont devenus les meilleurs cartes d'affaires (NDLR: cartes de visites) de leur discipline auprès des jeunes Québécois et Canadiens», poursuit le tabloïd.

Selon le JdeM, le projet du Français Louis Borfiga «de faire du pays l'une des meilleurs nations du tennis au monde (...) est bien parti». Ex-coach de Jo-Wilfried Tsonga ou encore Gaël Monfils, Borfiga a quitté la Fédération française de Tennis en 2006 pour le Canada, où il a alors reçu le mandat de former les futures élites locales.

«Quand on y pense bien, peu nombreux sont les athlètes professionnels canadiens qui se sont affirmés sur le plan mondial», fait valoir avec fierté le JdeM.

INOLTRE SU HUFFPOST

Galerie photo Eugenie Bouchard Voyez les images
Galerie photo Wimbledon: Raonic bat Kyrgios Voyez les images